Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 28 juin 2015

La French [Cinéma/Critiques]

128118.jpg

Entre Heat et Les Incorruptibles

Le film French Connection et sa suite tournés dans les années 70 mettait en vedette la police américaine dans sa tentative de juguler la fameuse filière d'héroïne aux Etats-Unis dans le premier, à Marseille dans le second.

Dans La French de Cédric Jimenez (Aux Yeux de Tous), on suit cette fois l'enquête côté police française avec rien moins que le célèbre Juge Michel dont la croisade pour démanteler le réseau tentaculaire du parrain Gaëtan Zampa constitue le coeur de l'intrigue.

Jean Dujardin (99 Francs, Lucky Luke, The Artist) et Gille Lelouche (A Bout Portant) sont très amis dans la vie. Jusque-là indirectement réunis à l'écran (Les Petits Mouchoirs, Les Infidèles), une franche collaboration était inévitable et même souhaitable. Et d'avoir choisi d'en faire des ennemis jurés plutôt que les meilleurs potes du monde est déjà en soi une excellente idée.  Les voir chacun évoluer dans leur sphère avec leurs méthodes, leur partenaires, leurs espoirs et leur désillusions devient vite passionnant. (A noter la présence de Eric Collado, complice de Dujardin à l'époque des Nous c'est Nous, dans un contre-emploi intéressant).

A l'instar de Guillaume Canet pour Ne le dis à Personne, Cédric Jimenez parvient à insuffler une dynamique et un esprit typiquement américains dans un cadre 100% français, mariant parfaitement deux visions du cinéma qu'on a trop souvent opposer en pensant qu'il était impossible de faire autrement.

La mise en scène est à la fois épurée et inventive, les personnages attachants et bien croqués, l'action sobre et la tension subtilement placée happent le spectateur du début à la fin sans jamais le lâcher. On rit, on frémit, on verse une larme, le réalisateur et les acteurs nous offrent un vrai moment de cinéma avec tout ce qu'on peut souhaiter y trouver. Mention spéciale à Céline Sallette (Vie Sauvage) qui donne à nouveau beaucoup de corps à un personnage de femme et de mère qui tente de préserver et de se préserver d'une menace latente. On regrettera en revanche le manque flagrant de consistance de Christiane Zampa incarnée par Mélanie Doutey (Madame Lelouche à la ville).

la french,jean dujardin,gille lelouche,polar français,films de gangsters

Costard seventies, accent marseillais, Benoît Magimel (Mon Pote, Les Petits Mouchoirs) se fait visiblement plaisir en jouant les porte-flingues de Zampa.

Si on craint au départ de le voir surjouer et cabotiner, Jean Dujardin surprend et en profite pour enrichir sa filmo avec un rôle très emblématique qu'il endosse avec beaucoup de conviction, jouant de sa légèreté d'une manière inédite puisque son apparente ironie est ici  le complément salutaire de sa formidable persévérance mise régulièrement à l'épreuve face à un système dépassé quand il n'est pas tout simplement corrompu.

Gille Lelouche incarne le grand méchant avec une certaine aisance, mais on ne peut s'empêcher de le trouver incomplet voire même effacé. Napolitain d'origine, ses quelques répliques en italien ne suffisent sans doute pas à nous convaincre même si son face à face avec Dujardin répond plutôt bien aux attentes (renvoyant à celui de Pacino/De Niro dans Heat dans une moindre mesure). Pour autant, il manque de la matière afin de donner à leur relation la profondeur nécessaire et lorsque certains évènements majeurs se produisent, Zampa, malgré quelques coups de colère, n'atteint pas la dimension espérée.

Il aurait d'ailleurs mieux valu creuser davantage le scénario de ce côté plutôt que d'inventer un passé de joueur compulsif à Pierre Michel ce qui n'a d'ailleurs pas du tout été du goût de sa famille qui n'a jamais validé le film. Il est un fait que la relation de Michel avec la jeune Lilly et le destin de celle-ci suffisaient largement à justifier l'investissement du héros dans son travail. Malgré donc toutes les bonnes intentions des producteurs, l'hommage s'est transformé en cadeau empoisonné. Très regrettable.

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

Blood Ties Mesrine : L'Instinct de mort Mesrine : L'Ennemi public n°1

 Gangster Squad Les Incorruptibles Heat

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Commentaires

Pour ce qui est de Mélanie Doutey, je ne peux que te donner raison, mais je ne dois pas être très objective, j'ai vraiment du mal avec cette actrice, elle a toujours tendance à me ressortir très rapidement par les yeux.

Quand j'ai appris cette collaboration Dujardin/Lelouche, je me suis sentie mitigée ; j'avais bien rigolé avec Les Infidèles (je ne sais même pas pourquoi je le mentionne, je devrais avoir honte), mais je craignais que ce duo manque de sérieux pour une histoire qui n'était pas vraiment des plus marrantes. Heureusement, Jean Dujardin a bien évolué depuis OSS117 et Brice de Nice, et on ne peut que s'en réjouir. Je l'avais également découvert sous un autre angle dans Un balcon sur la mer, très beau film.

Mais revenons à nos moutons. J'ai été effectivement mitigée oui, parce qu'en façade personne ne manquait de sérieux, tout le monde se prenait même un peu trop au sérieux en roulant des mécaniques, comme Benoît Magimel qui n'apportait pas vraiment grand chose à toute l'histoire. Zampa manquait également beaucoup de consistance, pas assez méchant pour être crédible, un peu trop surjoué pour être authentique. J'ai surtout passé un bon moment grâce à l'interprétation de Jean Dujardin, qui m'en a mis plein les mirettes et qui était d'une justesse géniale.

Bref, pas un navet, mais pas de quoi sauter au plafond non plus, selon moi.

Écrit par : Elo | lundi, 13 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

j'ai adoré les Infidèles et pourtant je craignais le film macho pur et dur. Pour Zampa je te rejoins, pour Mélanie j'ai rien contre elle au contraire mais c'était l'occasion pour elle d'un contre-emploi pour renouveler son côté mignonne de service. Elle a tourné une scène sado-maso je crois pour Infidèles mais ça été coupé.

Écrit par : Greg Armatory | lundi, 13 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire