Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 17 août 2014

Gangster Squad [Cinéma/Critiques]

gangster_squadwide.jpg

Il y a peu, deux films de gangsters remettaient au goût du jour l'époque très cinégénique de la prohibition made in USA : Des Hommes sans Loi et Gangster Squad. Dans un premier temps, intéressons-nous au second.

Gangster Squad raconte l'histoire vraie d'une escouade de flics partie en guerre contre l'empire du crime de Mickey Cohen (Sean Penn) désireux de faire de Los Angeles le nouveau Chicago.

Dans la peau du leader charismatique et droit dans ses bottes, Josh Brolin fait le boulot, rien à redire. Manque peut-être un peu de profondeur et de nuances dans le personnage. On a clairement une sensation de déjà-vu dans sa dualité de justicier fonceur et de futur père de famille. Heureusement sa compagne est là pour enrichir la psychologie car après avoir souffert de la situation, elle s'investit carrément dans les affaires de son kamikaze de mari d'une façon plutôt originale,  influençant directement la constitution même de son équipe.

L'escouade, parlons-en, justement. Réunissant différentes ethnies et profils complémentaires classiques (le muscle, l'intello, la gâchette,...) elle permet en outre de réunir un casting fort attractif fait de vétérans estimés (Nick Nolte, Sean Penn, tous deux présents dans La Ligne Rouge) d'acteurs adoubés (Josh Brolin, Giovanni Risibi, Emma Stone) et de vedettes en devenir (Anthony McKie vu récemment dans Le Soldat de l'Hiver et Michael Pena).

emma-stone-gangster-squad.gif

Emma Stone (The Amazing Spiderman) et Ryan Gosling (Drive) embrasent l'atmosphère d'un simple regard ! Les deux acteurs se retrouveront à l'affiche de la comédie Crazy Stupid Love.

Sans oublier évidemment la belle de service, j'ai nommé Emma Stone qui incarne à la perfection la tentatrice, elle-même déchirée entre ses intérêts personnels matérialisés par Sean Penn et les élans de son coeur incarnés par Ryan Gosling. Dommage qu'elle ne remplisse qu'une fonction essentiellement esthétique alors que son personnage revêt une importance capitale à la fin du film, importance qui, malheureusement, ne sera qu'évoquée et non mise en scène. En même temps une séquence de tribunal en guise de clôture aurait encore un peu plus catalogué le film comme un simple ersatz des Incorruptibles. Ce qui laisse à penser d'une manière générale que c'est la paresse de la mise en scène et la simplicité des personnages qui sont responsables du manque de personnalité de Gangster Squad lequel conviendra davantage à des spectateurs peu exigeants et/ou habitués à ce genre.

Car si tout ce beau monde rend le film agréable de bout en bout, il est indéniable qu'on passe un bon moment en leur compagnie, impossible de ne pas le voir comme une copie du film culte de De Palma dans l'ombre duquel il semble se blottir. Et ce, malgré l'humour inattendu et rafraîchissant qui parsème les séquences d'action en une sorte de sketchs parodiques. On peut déplorer aussi certains rebondissements beaucoup trop prévisibles qui auraient pu constituer le sel de l'intrigue.

Dans le rôle du bad guy autour duquel le scénario est pourtant construit, Sean Penn lui-même déçoit quelque peu, ne parvenant pas à rivaliser avec Robert "Al Capone" De Niro en dépit d'une légère transformation physique et d'un tempérament impulsif. A noter que dans la réalité historique, leurs deux personnages ont fait affaire ensemble.

Gangster-squad-photo.jpg

La Gangster Quad au complet. Mêmes méthodes que les gangsters eux-mêmes, mais avec l'intégrité en plus et l'anonymat en guise de couverture !

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Écrire un commentaire