Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 03 octobre 2014

Mon Pote [Cinéma/Critiques]

19528632.jpg

Victor (Edouard Baer) est le directeur d'un illustre magazine automobile. Le jour où il accepte de rendre visite à Bruno (Benoît Magimel/Les Petits Mouchoirs), un détenu fan de bagnoles et de son travail, à sa demande, il ne sait pas que cela va être le début d'une grande et belle amitié...avec son lot de surprises.

Avec une telle affiche et un tel titre, on pouvait craindre le pire, à savoir la caricature de l'amitié virile, décomplexée, machiste, un peu à l'image du Coeur des Hommes du même Marc Esposito. Et bien il n'en est rien. On est même carrément dans une autre catégorie.

19458434.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100603_023630.jpg

L'ambiance au niveau de la rédac est particulièrement bien rendue et participe à la réussite du film

Le film, d'une grande simplicité, nous dépeint la relation croissante entre deux hommes que tout semble opposer : origines, statut social, expérience, caractère. La filiation avec Intouchables (réalisé après) est assez évidente d'autant que là encore l'histoire est adaptée d'une situation réelle que le réalisateur lui même a vécu alors qu'il était directeur du magazine Première.

Rapidement on est séduit par le tandem campé à la perfection par deux acteurs particulièrement attachants. Parce que les deux hommes sont très différents, on sent qu'ils sont faits pour se compléter et apprendre l'un de l'autre. Les dialogues enlevés, soignés, les personnages (principaux comme secondaires) incarnés avec un naturel vraiment appréciable nous font rentrer sans problème dans l'intimité de cette amitié qui nous émeut et nous fait rire sans se forcer.

Mon-Pote-film-Marc-Esposito-Edouard-Baer-Benoît-Magimel-photo-10.jpg

Les femmes ne sont pas mises de côté, loin de là, et démontrent rapidement leur importance. Anna (Léonie Simaga) cimente l'envie de Bruno de construire une nouvelle vie et Agathe (Diane Bonnot) tient la dragée haute à Victor, pimentant leur couple (heureux) avec bonheur

mon-pote-01-12-2010-16-g.jpg

Et si l'on voit venir d'assez loin le rebondissement, la grosse ficelle du film, on relativise grâce à l'apport humain que le périple génère avec au final un dénouement plutôt audacieux dans sa morale et qu'on espérait pas. Dommage que le film fasse complètement l'impasse sur des détails d'enquête, ridiculisant la police française et ruinant le réalisme du film. On sent bien que ce n'était pas du tout la priorité de Marc Esposito.

Pour autant on a droit à un bel exemple de cinéma sincère, humain, sans fioriture et qui touchera sans nul doute le coeur des hommes et des femmes aussi.

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Écrire un commentaire