Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 16 août 2014

Les Meilleurs Combats du 7ème Art [Cinéma]

A l'heure où l'essentiel de l'action au cinéma se résume à des gros plans, des montages épileptiques et des cascadeurs virtuels, retour sur quelques chorégraphies mémorables.

(Attention Spoils et violence garantis !!!)

Si Kurt Wimmer s'est fait une place à Hollywood en tant que scénariste et bon scénariste (Adaptation de Sphère, Salt), il a également oeuvré derrière la caméra avec succès comme ici avec ce film de SF (qu'il a lui-même écrit) qui sous ces airs de film d'action de série B recèle aussi des séquences d'une puissance émotionnelle indéniable dans la grande tradition des classiques de l'anticipation tels que Fahrenheit 451, 1984, Le Meilleur des Mondes ou encore THX 1138. A noter que le style de combat utilisé est dérivé du krav maga, une discipline de self-défense basée sur des gestes intuitifs et fluides visant à neutraliser l'adversaire en un minimum de temps.

On pouvait craindre le pire de cette adaptation hollywoodienne d'une épopée mythique. Le soin apporté à la reconstitution (bon on oublie l'avion dans le ciel !) et l'interprétation font de ce film un incontournable. Et puis un duel aussi intense comme celui qui oppose Hector à Achille, c'est devenu tellement rare qu'on apprécie encore plus la mise en scène inspirée de Wolfgang Petersen (L'Histoire sans Fin).

A une époque où on le voyait encore comme le danseur sexy à minettes, Patrick Swayze acceptait avec plaisir de jouer les videurs aguerris dans ce film taillé pour les mecs qui en ont. Si les scènes de combat, et en particulièrement celle-ci, sont si réalistes c'est parce que le "méchant" Jimmy avait réellement envie de montrer que c'était lui le mâle alpha et comme Patrick na jamais été du genre à se dégonfler...Tous les coups ne sont donc pas feints comme celui improvisé avec le morceau bois dans les côtes de Patrick, anecdote révélée par l'acteur lui-même dans son autobiographie Time of my Life. Les amateurs de musiques de films auront reconnu le thème "ambiance tendue" de Michael Kamen à l'identique dans Piège de Cristal et L'Arme Fatale.

 

Si la prélogie de Lucas n'a pas répondu à toutes les attentes, elle a au moins pu fournir l'occasion de voir des combats de Jedï dynamiques comme on n'en avait encore jamais vus, en particulier celui mettant en scène Obi Wan (Ewan Mc Gregor) et le très inquiétant Dark Maul (Ray Park, le crapaud de X-Men). A noter que le design du Sith a été crée par l'illustrateur Iain McCaig bien connu des amateurs de livres dont VOUS êtes le Héros pour ses couvertures et dessins de fantasy.

 

Piégée (Haywire), un film que personne n'attendait et c'est ce qui a ajouté à sa réussite. Reine du ring, la belle Gina Carano lâche un temps les gants de boxe et la compétition pour massacrer quelques acteurs de renom devant la caméra de Soderbergh. Résultat : la puissance mâtinée de sensualité dont fait preuve l'actrice met le spectateur littéralement KO ! Victoire aux poings pour le sexe "faible" !

Mortal Kombat fait partie de mes plaisirs coupables et de mes meilleurs souvenirs de cinéma et pas seulement grâce à son fameux thème techno. Bien qu'étant une série B et s'assumant pleinement comme telle, il propose d'excellentes chorégraphies que j'illustre ici par le duel Johnny Cage/Scorpio. D'habitude je n'ai me pas du tout les combats livrés dans des espaces étroits (comme les ponts justement) qui peinent à se réinventer sur la durée en plus de réduire l'ampleur des coups portés, mais le réalisateur Paul W. Anderson (Les Trois mousquetaires) est parvenu à varier et à dynamiser un maximum les angles et on assiste à un corps à corps aussi inventif que brutal. Un modèle du genre !

 

Il y a quelques années, comme le disait si bien le slogan, l'Asie nous envoyait son nouveau dragon. Si Ong Bak a fait connaître le style Tony Jaa, c'est véritablement avec l'Honneur du Dragon que le spécialiste du Muay Taï démontrait tout son savoir-faire grâce notamment à cette séquence incroyable où l'inventivité des coups n'a d'égale que leur violence. Pour moi, du jamais vu et du jamais ressenti, mélange inédit de frissons et d'admiration béate : un souvenir de cinéma impérissable !

 BONUS

Puisqu'on parle de dragon, la transition est toute trouvée : impossible de ne pas inclure ce combat mythique du Jeu de la Mort qui pour moi reste une référence par son rythme et son intensité (c'est le nostalgique qui parle j'avoue !) Engouement très paradoxal puisque ce n'est pas Bruce Lee qui est à l'image (il n'apparaît qu'en inserts), sa mort étant survenue en amont. Cela n'enlève pourtant rien à son efficacité. Le moment où le héros pivote en arrière en s'appuyant sur les poignets de son adversaire au son du thème composé par John Barry (James Bond) me fait toujours autant d'effet !

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Écrire un commentaire