Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 24 juillet 2012

Piégée - Haywire [Cinéma/Critiques]

haywire,piégée,gina carano,steven soderbergh,action,combat,espionnage

Les 5 premières minutes du film diffusées en exclu sur le net avaient fait un effet coup de poing pour beaucoup. Et pour cause...Une nouvelle héroïne d'envergure dans des scènes de combat musclées filmées comme...et bien comme on ne les filme plus justement. Oubliez les montages épileptiques et les plans trop rapprochés, place à l'action, la vraie, celle qui surprend, celle qui nous prend aux tripes !

Chargée d'extraire un dissident chinois, Mallory ainsi que trois autres agents sont envoyés à Barcelone. L'opération bouclée, tout semble devoir en rester là. Sauf que c'est à ce moment là que l'intrigue va subitement se resserrer autour de Mallory de même que plusieurs mains masculines dénuées de tendresse.

https://media.npr.org/assets/img/2012/01/19/m-094_ko_05467_rgb_wide-56d9f590a35e79e4870d4d72e2ca40aa1bcb7237-s800-c85.jpg

Soderbergh est de ces réalisateurs qui aiment relever de nouveaux challenges. Il n'y a qu'à voir le CV (même récent) du bonhomme pour s'en convaincre. Lorsqu'il assiste à un combat de Gina Carano - championne en Mixed Martial Arts - on imagine aisément son coup de foudre, tout du moins professionnel. Mais le fait est qu'il ne faut pas longtemps pour s'apercevoir que Haywire (désastreusement rebaptisé) est un véritable écrin pour la belle Gina qui illumine l'écran du début à la fin. Difficile d'ailleurs de dire ce qui est le plus foudroyant chez elle : son sex-appeal ou son coup de genou ! Mais il est une chose certaine, la voir confrontée à des adversaires qui lui assènent des coups comme à un homme et la regarder répondre avec la même hargne procure une sacrée dose d'adrénaline, de celle que le cinéma nous avait privé depuis bien trop longtemps. Le spectateur ressort littéralement KO de chaque affrontement.

Seul bémol : le choix complètement raté de la BO. Peut-être dans un souci d'hommage, le thème répétitif évoquant les polars des 70' désamorce par sa coolitude l'intensité des course-poursuites et des scènes d'actions.

https://voir.ca/voir-content/uploads/2012/05/haywire.jpg

Mallory va devoir se confronter à tous les intermédiaires pour trouver la véritable source de ses problèmes.

On aurait bien voulu en voir davantage tellement c'est bon, mais il faut être prévenu : Haywire est fait pour se savourer comme un pilote de série de luxe, en cela aussi il peut se rapprocher du mémorable Salt avec Angelina Jolie. La fin est assez explicite quant à l'intention.

En tous les cas, si actuellement l'atmosphère dans les salles est rafraîchissante, gageons que c'est aussi un peu grâce à cette oeuvre. L'actualité étant ce qu'elle est, la tigresse passera sans doute inaperçue, masquée par la chauve-souris et piégée par l'araignée, les deux bébêtes reines du box-office. Raison de plus pour lui faire de la place et de la pub, parce que, elle aussi, elle le vaut bien !

haywire,piégée,gina carano,steven soderbergh,action,combat,espionnage

La Belle...

haywire,piégée,gina carano,steven soderbergh,action,combat,espionnage

...et la Bête !

Écrire un commentaire