Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 15 avril 2016

Alien VS Predator [Jeux Vidéo/Critiques]

Afficher l'image d'origine

Les deux monstres sacrés du cinéma avaient déjà été réunis dans des jeux, mais on attendait forcément beaucoup d'une adaptation avec une technologie de pointe.

Cet opus a laissé une impression très mitigée qu'on pourrait résumer ainsi : Alien VS Predator est une bonne adaptation des deux univers, mais un jeu vidéo médiocre.

L'idée de base est pourtant excellente : une seule et même histoire sous trois points de vue différents, trois expériences radicalement différentes aussi et surtout.

Radicalement, question gameplay oui, car incarner un marine, un Predator ou un alien ne procure pas du tout les mêmes sensations et le même plaisir.

On visite en revanche les mêmes zones - manquant de variété - pour des objectifs heureusement différents.

En tant que Marine, et plus précisément un bleu - statut qu'on ne manquera pas de nous rappeler un peu trop tout du long - on carburera à l'angoisse de voir surgir un Alien de la moindre ombre, encoignure ou gaine d'aération, sensation décuplée par les bip bip répétés de notre détecteur de mouvements. Transition toute trouvée pour parler du gros point fort du jeu : son ambiance sonore, puisqu'elle est directement issue des films. Lorsqu'on récupère enfin des armes dignes de ce nom comme le vibrateur d'Aliens là c'est la hargne guerrière qui habite le joueur lequel jubile de faire un carton sur des ennemis qui auparavant le terrorisaient à la moindre apparition (ou probabilité d'apparition).

On retrouve ainsi des scènes-clés des long-métrages comme l'expulsion des face-huggers de leurs oeufs qu'on se fera une joie de faire cuire au lance-flammes, la confrontation avec une Reine Alien ou l'incontournable embuscade massive d'Aliens.

Incarner un Predator, qui plus est à la première personne, on peut dire que c'est un vrai fantasme de geek cinéphile qui se réalise. Hélas on déchantera un peu sur le long terme. Si on s'enivre des attaques furtives, des exécutions sanglantes et inventives à coups de griffes, de se camoufler et d'observer sereinement ces pathétiques troufions avec la vision thermique de rigueur, on pestera un peu de voir que nos sauts sont limités par des emplacements déterminés par le jeu et que l'exploration soit inexistante. C'est terriblement scripté et linéaire. Tout juste trouvera-t-on quelques enregistrements audio en tant que marine et quelques autres items pour les autres races afin de donner un semblant de quête secondaire.

Chaque campagne est courte, mais c'est autant un défaut qu'une qualité, l'intérêt même du jeu étant bien de confronter les trois points de vue possibles.

Mais si le jeu ne remplit pas totalement son contrat, même du point de vue de l'adaptation, c'est parce que visuellement c'était déjà daté pour l'époque. Textures faiblardes et level design peu inspiré gâchent fréquemment l'immersion. Certaines ambiances sont réussies grâce à des effets de lumière judicieux (enfin une lampe-torche qui éclaire quasiment rien !) mais pour le reste c'est clairement le strict minimum.

En Lien :

AVP: Alien vs. Predator

Aliens vs. Predator - Requiem Predator Predators

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Écrire un commentaire