Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 26 août 2015

Avengers : L'Ere d'Ultron [Cinéma/Critiques]

avengersposter.jpg

 L'Ere d'Ultron manque de souffle

Avec Le deuxième opus de Captain America, Le Soldat de l'Hiver, Marvel avait frappé très fort, confirmant tout le bien qu'on pensait déjà de son ambitieuse entreprise et surprenant le public par une inspiration exemplaire sur un chapitre qui, à priori, apparaissait comme secondaire. Au point d'égaler voire de surpasser le premier Avengers, lui-même. Pour dire...

Après un Guardians Of Galaxy très sympathique, mais aussi très inégal sur la durée, on ne savait pas trop ce qu'il allait ressortir de cet Avengers 2. Les attentes étaient là, les espoirs aussi. Petit bilan pas franchement positif qui démontre que Marvel est en train de s'essouffler. En même temps avec un tel rythme de sortie...Un peu comme certaines saisons de série télé qui n'ont plus la même saveur. Le parallèle est facile puisque l'intention des studios est assez similaire. Scotcher le public mois après mois, année après année, en annonçant, teasant, diffusant par tous les moyens possibles et imaginables sur les devenir des héros et la nature de leurs aventures. Les rendre indispensables, omniprésents.

Il fallait bien qu'il y ait un contrecoup à toute cette effervescence en dépit des meilleures intentions, une forme de saturation. Car en substance, L'Ere d'Ultron est un bon divertissement qui associe tout ce qu'on peut aimer dans ce type de film. Mais dès lors qu'on regarde en arrière et qu'on se souvient de ce qui a été fait, le constat est évident : la sauce ne prend plus. Trop c'est trop. Explications :

Les Moins :

- La séquence d'ouverture, hyper héroïque, réunissant d'emblée tous les avengers était sans doute grandiose sur le papier, d'autant que l'intro du premier Avengers était pour le moins sage en comparaison. En images c'est autre chose. De l'action tout azimut, des moments de gloire, de l'humour, certes, mais la mise en scène ne suit pas vraiment. Les effets numériques et les cascadeurs virtuels omniprésents étouffent l'ensemble. Pas de réelle immersion. C'est diablement froid et brouillon rappelant l'intro de Amazing Spiderman 2 qui a échoué lui aussi pour le même crime de plus de spectacle à outrance.

- Le final à New York du premier opus s'il était lui aussi survitaminé et blindé d'effets spéciaux avait le mérite d'être à la fin justement et de ce fait d'être plus digeste et limité. Dans Avengers 2, cette surenchère est quasi-permanente. Les affrontements contre les robots (ennemis représentés virtuellement ça n'aide pas) deviennent vite répétitifs d'autant qu'ils ne présentent aucun challenge et aucun intérêt.

Quand Statham faisait remarquer que même sa grand-mère pouvait être un super-héros grâce aux effets spéciaux, je comprends mieux son ironie. De ce côté, Winter Soldier était très bien équilibré avec beaucoup d'action en "dur". Bon forcément, y avait pas toute l'équipe et surtout les ennemis étaient humains. Mais tout ça pour dire que les cascades réelles, même en 2015, ont leur importance. Car parfois suffit pas de soigner répliques numériques et montage et de balancer des transitions en gros plans sur les acteurs en train de poser pour nous faire croire aux prouesses de leurs personnages. Et multiplier les plans façon "Un pour tous, tous pour un" pour assurer le fan-service est une fausse bonne idée. On se retrouve avec un film qui globalement banalise les codes du comics. Forcément, on finit par s'ennuyer un peu.

- Ultron a le mérite d'être beaucoup plus exploité et complexe que Loki, n'empêche que c'est quand même qu'un robot et un effet numérique de plus dans le film. Et puis son nom sort de nulle part la première fois ou j'ai raté quelque chose !

- Hulk est réduit désormais à jouer les gentils toutous et à vivre une idylle à laquelle on ne croit pas un instant, ridiculisant les deux intéressés et faisant du colosse vert rageux une sorte de gentil bon gros géant. L'effet Disney ?

- Les Maximoff : introduits dès la scène bonus de Winter Soldier, leur histoire est intéressante, mais la démonstration de leurs pouvoirs ne m'a guère convaincue et Quicksilver souffre de la comparaison avec son équivalent dans X-Men : Days of Future Past. A noter que Elizabeth Olsen et Aaron Taylor-Johnson (Kick-Ass) formaient un couple dans Godzilla quelques années auparavant. Inséparables ?

- Vision : je ne connais pas ce personnage ou de très loin, mais en tout cas suffisamment pour le reconnaître au moment de sa venue. S'il en impose globalement, on peut paradoxalement regretter que son visage soit si humain (en l'occurrence celui de Paul Bettany) et que son charisme en souffre. Le simple fait de lui ôter les pupilles (comme dans le comics) lui aurait été bénéfique. N'est pas Dr Manhattan (Watchmen) qui veut. 

- Whedon (auquel le tournage a laissé un goût amer) a sans doute fait ce qu'il a pu pour réitérer le succès du premier. Mais quasiment à tous les niveaux, cette suite lui est inférieure. Que ce soit les gags qui tombent à plat, le scénario qui s'étire en longueur sans réelle intensité, un final abracadabrant dans un pays de l'est dont on se demande même s'il existe et les plans caméra renversés et issus du premier (intérieur d'une voiture endommagée) qui perdent forcément leur originalité en frôlant même la redondance.

Je préfère toujours terminer sur du positif alors :

- Le Barton Show : si vous aimez Hawkeye, vous serez ravi d'apprendre que Avengers 2 le met clairement en avant. Souhait de son interprète, Jeremy Renner ? (Mission Impossible : Protocole Fantôme et Rogue Nation) Volonté des fans ? Initiative des producteurs ? Toujours est-il qu'il est cette fois bien plus valorisé au point de devenir à un moment donné un élément capital. C'est vrai que tirer des flèches dans tous les sens pour un acteur qui s'est fait un nom à Hollywood, ça peut vite frustrer.

- L'affrontement entre Hulk et un adversaire de son acabit.

- Quelques révélations sur la vie privée des Avengers notamment Hawkeye et La Veuve Noire.

- La personnalité pour le moins ambigüe et paradoxale de Tony Stark qui va être le point de départ de l'intrigue.

- Quelques répliques et bonnes idées qui font leur effet : personnellement j'aime beaucoup le "Je n'ai pas confiance en quelqu'un qui n'a pas de côté obscur", la prison mobile et l'armure autonome de Tony en mode surveillance, même si c'est bref, les combinaisons de pouvoir qui rappelleront peut-être de beaux souvenirs aux joueurs des Ultimate Alliance (et leur donneront sans doute envie d'y rejouer).

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Commentaires

D'accord avec les arguments de cet article. Trop de surenchères numériques, trop de cool-attitude, trop de héros (pas de place pour tout le monde alors certains sont sous-exploités) et Whedon qui a perdu le contrôle d'une énorme machine lancée à toute vitesse: une overdose assez indigeste au final.

Écrit par : Flikvictor | dimanche, 13 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Salut, merci de ta visite, oui mais je le sentais du coup pas vu au ciné. Tu as vu Ant-man ?

Écrit par : Greg Armatory | lundi, 14 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Non, je n'ai pas vu Ant-man car je suis un peu saturé des films de super-héros.

Écrit par : Flikvictor | vendredi, 18 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

un peu pareil je crois !

Écrit par : Greg Armatory | samedi, 19 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire