Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 août 2017

Dragon Age Inquisition [Jeux Vidéo/Critiques]

http://image.jeuxvideo.com/images/jaquettes/00049198/jaquette-dragon-age-inquisition-playstation-4-ps4-cover-avant-g-1416589242.jpg

Un épisode qui a su réparer les errements du second opus et revenir aux sources de la série avec cette fois des graphismes à la hauteur de l'univers. Si l'on peut regretter de ne pas retrouver le choix des origines de son personnage qui en plus de servir de tutoriel constituait un élément à part entière du scénario du premier épisode, avec Inquisition, Bioware compense largement cette absence grâce à plusieurs nouveautés et toujours un talent pour mêler l'intime au spectaculaire et la légèreté à la noirceur, en évitant au maximum tout manichéisme.  Résultat : une aventure d'une richesse abyssale, épique, tragique, pleine de surprises et attisant constamment l'intérêt grâce à un contenu gargantuesque savamment organisé. L'aspect Fedex des quêtes a beaucoup été critiqué, s'il existe bel et bien dans une certaine mesure, il est loin d'être aussi envahissant qu'on pourrait le penser puisqu'on fait ces tâches souvent sans y penser et elles ont assez souvent une utilité à la progression générale, le reste des activités ayant suffisamment d'intérêt pour les camoufler de surcroît. Une grande réussite donc, tout comme le fut Mass Effect 2 du même studio, qui parvient à nous faire oublier la désastreuse version graphique sur old gen !

Résultat de recherche d'images pour "dragon age inquisition dragon"

N'espérez pas vous frotter à votre premier dragon dès que vous le verrez et en sortir vainqueur, on est pas dans Skyrim. Contrairement au jeu de Bethesda, dans DAI, les dragons sont en nombre limité (dix !) et chacun d'eux constitue un vrai challenge requérant un niveau et un équipement adaptés.

Les moins :

- Pas de cycle jour/nuit

- Un mode création au rendu discutable (surtout la piloté !)

- Personnages qui mettent longtemps à apparaître dans les menus

- Des zones magnifiques durant le scénario dans lesquelles on ne peut plus revenir en mode libre (Les Plaines Sauvages d'Arbor, Le Palais d'Hiver)

- Des intérieurs nécessitant un temps de chargement malgré leur taille et leur intérêt (l'auberge La Mouette et la Lanterne à Golefalois).

- Un grand méchant qu'on oubliera bien vite. Sa première intervention, un peu trop caricaturale, fait bien moins d'effet que la voix du cauchemar dans la quête "Ici gît l'abîme". Le final, moins intense que la bataille des Dorsales de Givre et auquel il manque un aspect épique et communautaire comme dans la bataille de Kaer Morhen de The Witcher 3.

- Trop de contenu accessible uniquement via DLC et éditions spéciales (Décorations de Fort Céleste, Montures, armes et armures)

- Des armures aux skins redondants apportant en plus de cela des bugs d'affichage notamment au niveau des casques comme de raccourcir et de blanchir les cheveux quelque soit le personnage

- Absence d'explications dans certains aspects du gameplay comme l'enchantement (où enchanter, avec quoi, où trouver les ingrédients ?) C'est en fait dans la crypte de Fort Céleste, puis dans modifier armes, en ayant trouvé ou acheté au préalable des runes au marchand de Fort Céleste. La localisation de certains sites ou personnages n'est pas toujours aisée non plus notamment à cause du terrain accidenté des maps ou de la complexité des lieux (Fort Céleste).

- Des armes qui tiennent toutes seules dans le dos et à la hanche renvoyant à la préhistoire des jeux vidéo.

- Des équipements qui ne conjuguent pas forcément puissance et esthétisme, à l'instar de The Witcher III et qui nous obligent à faire des choix à contre-coeur.

- PNJ majoritairement statiques, point faible récurrent des jeux Bioware, que ce soit en extérieur ou dans les villes, ce qui diminue l'immersion.

- Une seule ville digne de ce nom (Val Royeaux) et fragmentée (voyages rapides pour accéder aux étages !), privée d'animation et dont on ne peut pas explorer toute la surface visible.

- L'onglet objets de valeur qui aurait dû s'appeler bric à brac et qui nous laisse penser que tous les objets de cette rubrique sont importants alors que c'est tout le contraire, bien lire les descriptions.

http://68.media.tumblr.com/a67eb7b2a72ecfdc199187ef2f15eaa3/tumblr_ngn9nddZaa1rmpy8ro8_1280.png

+/- Un monde ouvert morcelé en plusieurs zones, mais permettant de vraiment profiter d'environnements variés avec chacun une forte identité visuelle et une ambiance unique. On regrette juste que les premières zones soient incontestablement plus garnies niveau points d'intérêt, missions, PNJ et créatures. Les Tombes Emeraudes sont une des plus belles cartes du jeu, mais heureusement car il n'y pas grand chose à se mettre sous la dent pour s'occuper comparativement aux Marches Solitaires.

Les Plus :

+ Des effets visuels en cours de combat très réussis

+ Un raccourci rapide et très pratique pour consulter la map (flèche gauche).

https://static.giantbomb.com/uploads/original/14/144128/2710539-5545853701-tumbl.png

+ De nombreuses illustrations stylisées viennent égayer le glossaire et constituent une sorte de jeux de cartes à collectionner. On regrette qu'il n'y en ait pas plus, comme une pour chaque lieu, récit, groupe,...

Résultat de recherche d'images pour "dragon age inquisition companions"

The Iron Bull

 Sera

Cole

Varric Tethras

Cassandra Pentaghast

Vivienne

Blackwall/Thom Rainier

Solas

Chaque personnage est représenté par une carte dans le menu de choix des compagnons dont le visuel changera positivement si vous faites la quête qui lui correspond. C'est jusque dans les moindres détails que DAI nous régale !

+ Les compagnons : leur diversité et leur personnalité garantissent beaucoup d'intérêt, de saveur et de surprises sur le long terme. Les nombreux dialogues possibles et interactions entre eux et avec votre personnage sont l"occasion d'approfondir vos connaissances sur l'univers et de relever l'aventure d'un zeste d'humour rafraîchissant notamment avec des personnages comme Sera, Varric et Dorian. En prime on les débloque tous naturellement même quand on doit choisir entre les Mages (Dorian) ou les Templiers (Cole).

On regrettera qu'ils n'aient pas plus d'autonomie en dehors des combats comme dans Dragon's Dogma, mais ils n'hésiteront pas à faire des remarques selon le contexte ou vous feront connaître leurs sentiments vis à vis de vos choix, ce qui leur donne beaucoup d'épaisseur et crée des situations souvent intéressantes.

Un gros avantage c'est que le joueur peut les customiser et les incarner à tout moment, notre avatar étant alors géré par l'IA, ce qui lui permet de varier les plaisirs et d'expérimenter mine de rien d'autres profils en vue d'une nouvelle partie. Il faut aussi ajouter que chacun d'eux peut conduire à une mission spécifique pour augmenter votre affinité avec lui avec en récompense une romance possible.

A l'instar du jeu Le Seigneur des Anneaux : La Guerre du Nord, pour être débloqués certains lieux nécessiteront une classe de personnage particulière, le mieux étant d'en avoir au moins un de chaque, le vôtre inclus.

On salue la qualité de la VF exceptée quelques changements de ton un peu trop brusques pour Cassandra.

http://www.pcgames.de/screenshots/original/2014/08/dragon-age-inquisition-pc-ui-pc-games.jpg

La caméra tactique fige l'action et place votre regard au-dessus du champ de bataille. Les ordres que vous pouvez donner spontanément à vos compagnons sont complétés par la teneur de leurs comportements paramétrables dans le menu des Archives Personnelles.

+ La pause active durant les combats (marque de la série) qui confère une dimension stratégique dont l'importance est laissée à l'entière discrétion du joueur. On peut tout aussi bien s'en passer totalement (en mode Facile), y recourir à l'occasion pour planifier une embuscade, assurer une victoire écrasante ou pour se sortir d'une situation désespérée ou carrément à la manière d'un jeu d'échec virtuel, programmer la moindre manoeuvre. A noter qu'on ne peut pas changer d'arme pendant un combat d'où la nécessité de repérer l'ennemi dès que possible pour découvrir ses immunités et points faibles, notamment à certains éléments. Le voleur en mode furtif est idéal pour endosser ce rôle d'éclaireur. Une fois près de l'ennemi, il suffit d'activer la pause tactique et de balader le curseur sur les différents adversaires à venir, vous saurez alors quel bâton votre mage devra utiliser pour faire un maximum de dégâts. Une victoire pour le moins incertaine peut ainsi être acquise en un minimum de temps grâce à cette préparation. Moi qui suis pourtant du genre à jouer de manière spontanée, je prends de plus en plus de plaisir à employer cet outil très utile en bien des cas.

+ 5 capacités minimum dotée chacune d'un arbre de compétences pour votre personnage ainsi que pour tous vos compagnons, sachant qu'une totale liberté est donnée quant à la répartition de vos points d'expérience, offrant un éventail de possibilités vertigineux (extrême polyvalence ou au contraire extrême spécialisation) et donc une énorme rejouabilité ! En prime pour ceux qui voudraient éviter de recommencer une partie pour corriger des erreurs ou crée un build différent, il existe un accessoire, le renouveau du tacticien, qui vous autorise à réinitialiser vos capacités.

+ Un gameplay d'une grande richesse qui permet de ne pas se lasser comprenant :

+ Un système de craft poussé : on peut créer des armes/armures, les modifier, créer des runes, créer des teintes et teinter les armures

+ Des mécaniques parmi les meilleures jamais vues dans un RPG. Les activités sont nombreuses et diversifiées et leur connexion permet de donner au joueur le sentiment que tout à un impact sur l'évolution de l'Inquisition et par extension sur le monde de Thedas et l'histoire principale.

https://static.planetminecraft.com/files/resource_media/screenshot/1450/162889_screenshot_03_l8416109.jpg

Même la rencontre en apparence la plus anecdotique peut s'avérer très utile - allié(e) potentiel(le) de l'Inquisition - si bien qu'on aura aucune hésitation à parler à tout le monde et à fouiller le moindre recoin. Le joueur est presque sans cesse sollicité, impliqué dans des décisions, des actions qui forgent sa réputation et le développement de sa base. Fort Céleste est à ce titre un gros morceau du jeu, une vraie petite ville, tant il regorge d'activités sur le long terme. On prendra beaucoup de plaisir à le rebâtir et à le peupler. Sans compter une vue imprenable sur des montagnes enneigées dont on ne se lasse pas. En prime, vous aurez le loisir de juger des personnages antagonistes rencontrés lors de l'aventure principale. Si vous avez aimé la gestion du domaine de Gravehal dans l'excellente extension Kel Le Mort du jeu Les Royaumes d'Amalur, vous adorerez Fort Céleste qui pousse encore plus loin le concept.

http://static.mnium.org/images/contenu/actus/JeuxVideo/Dragon_Age_3/DA3_DLC_perles_noire_01.jpg

Le Palais des Perles Noires est un DLC gratuit à télécharger sur le Store ou le Live qui donne accès à l'achat d'équipement épique et d'un miroir pour changer son apparence. On apprécie beaucoup ! Ce lieu est également accessible dans le second opus sous forme de DLC gratuit également. La transition est toute trouvée pour préciser qu'un personnage important de cet épisode vous accompagnera le temps d'une mission à l'issue de laquelle vous risquez de sceller son destin.

+ La table de commandement qui ajoute une dimension géo-politique même si dans certains cas on aurait aimé plus de profondeur dans le système comme lorsque l'on choisit la stratégie pour accomplir une mission via l'un de nos conseillers (diplomatie, ruse, manière forte). Cette phase de jeu est particulièrement innovante puisqu'elle permet là encore de lier plusieurs aspects du gameplay. La plupart des missions ne se débloquent qu'avec un score de Puissance suffisant et peuvent à leur tour débloquer d'autres missions auxquelles vous pourrez participer directement ou non, vous ouvrir de nouveaux lieux à explorer et vous octroie des récompenses variables (gain de puissance, d'Influence, ingrédients pour l'artisanat, alliés, or). Les différentes connexions entre vos actions sur le terrain et celles visibles sur cette carte stratégique offrent un réjouissant éventail de possibilités d'évolution encore une fois et beaucoup d'immersion.

+ Le système de Puissance d'une grande souplesse qui confère au joueur une grande liberté quant à sa manière de faire évoluer l'Inquisition en mêlant plusieurs aspects du gameplay (exploration, dialogues, combat, récolte, artisanat).

https://static1.gamespot.com/uploads/original/1179/11799911/2881191-dai.jpg

Plusieurs types de montures, des plus classiques aux plus exotiques, mais beaucoup de modèles ne sont accessibles que via des DLC ! Il est un fait qu'elles ne sont guère indispensables et qu'on les oubliera vite compte tenu du relief et de la configuration des zones qui ne se prêtent guère à de longues chevauchées.

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Commentaires

Je me l'étais acheté pour pas cher et je l'avais même commencé, juste pour l'éditeur de personnage, très poussé sur le visage. Il faudra que je reprenne ma partie quand j'aurai expédié d'autres gros jeux prioritaires. Mais techniquement c'est pas la panacé, surtout après avoir joué à Horizon et The Witcher 3.

Écrit par : Flikvictor | lundi, 07 août 2017

Répondre à ce commentaire

Certes, mais bon je fais la part des choses, tous les jeux peuvent pas se ressembler et franchement il y a de beaux paysages et des ambiances réussies malgré tout. c'est pas un open world comme ceux que tu cites, dans Inquisition il y a plusieurs cartes qui ne sont pas connectées, mais ça ne m'a pas gêné pourtant, car elles ont chacune une identité bien marquée.

Écrit par : Greg Armatory | mardi, 08 août 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire