Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 16 juin 2016

Lone Ranger [Cinéma/Critiques]

Afficher l'image d'origine

Au vu de sa bande-annonce, Lone Ranger avait tout d'un Pirates des Caraïbes transposé au far-west : même acteur principal (costumé et maquillé), même réalisateur, même producteur (Disney), même humour, même volonté de proposer un divertissement familial généreux en aventures et en spectacle. Sans doute pour cette raison que je l'ai boudé aussi longtemps.

Ma moitié (que je remercie) m'a permis de découvrir avec un grand plaisir que ce n'était là qu'apparence.

Afficher l'image d'origine

Le duo fonctionne à merveille grâce à un savoureux décalage tant au niveau de la personnalité que des méthodes. Johnny Depp prouve qu'il n'a pas besoin d'en faire des tonnes pour rendre attachant et mémorable un personnage singulier. Les deux héros, loin d'être simplistes, ont chacun une histoire qui apporte beaucoup de profondeur, de sérieux et même de noirceur au film. Au point que certaines scènes contredisent le "Pour tout public" un peu trop omniprésent en France. Le film s'enrichit de plusieurs axes narratifs (l'histoire est racontée) ce qui ne fait qu'ajouter de l'intérêt sur le long terme.

Afficher l'image d'origine

Si vous vous attendez à ce que Helena Bonham Carter (Fight Club) soit aussi présente que nos deux compères, vous allez être très déçu. On comprend vite que sa présence sur l'affiche aux côté de Johnny Depp relève davantage de l'effet marketing. En retrait, son personnage reste néanmoins mémorable. Même si ça lui fait une belle jambe !

Le film est donc assez loin de l'image "grand huit" et "joyeux bordel" que sa promotion véhiculait allègrement pour séduire le grand public. S'il y a bien quelques séquences d'action délirantes et pétaradantes qui se permettent d'user d'effets très cartoons (la grande échelle qui sort de nulle part), le film dans son ensemble reste sur les rails (c'est le cas de le dire).

Lone Ranger est donc un film surprenant à plus d'un titre qui permet à Gore Verbinsky (Rango) de ne pas se reposer sur ses lauriers et d'offrir dans la continuité de ce qu'il a fait une oeuvre dense qui peut s'apprécier pour plein de raisons. Si vous recherchez un western qui dynamite un peu le genre dans la forme, ruez-vous dessus.

Dommage qu'au niveau du fond, les enjeux sentent trop le déjà-vu (contexte historique oblige) surtout si on garde en tête la trame de Lucky Luke (on retrouve même le sosie de Jolly Jumper !).

Avec aussi Tom Wilkinson (MI : Protocole Fantôme), William Fichtner (The Dark Knight) et Bary Pepper (Il faut sauver le soldat Ryan, la 25ème Heure).

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Commentaires

Je suis à peu près d'accord pour tout ce que tu as dit, néanmoins ce n'est pas sur le personnage joué par Johnny Depp que j'ai le plus accroché, pour une fois. J'ai beaucoup aimé celui du Lone Ranger, son évolution ...

Écrit par : Elo | jeudi, 16 juin 2016

Répondre à ce commentaire

oui je dois reconnaitre que c'était bien amené ! Mais je m'attendais tellement pas à ce que le perso de Johnny Depp ait l'importance qu'on apprend via son enfance...

Écrit par : Greg Armatory | jeudi, 16 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire