Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 24 juillet 2015

The Purge 2 : Anarchy [Cinéma/Critiques]

1413841365-image-500p.jpg

Une fois par an, le gouvernement américain autorise les citoyens à commettre les crimes de leur choix durant une nuit. Chacun est libre de participer ou non à la purge, mais tout le monde est potentiellement une cible.

Bien que le concept m'attirait, je n'ai pas vu le premier film en apprenant que l'action se déroulait en huit-clos. Je trouvais cela trop limité, étouffant pour un tel propos.

Le deuxième m'a séduit pour deux raisons : le fait qu'il se déroulait en grande partie en extérieur avec des personnages très différents et l'affiche promotionnelle (ci-dessus) avec ce clown lugubre, sorte de The Crow passé du côté obscur. Il se dégage une atmosphère particulière de cette image qui semblait donner une identité forte au film.

Avec un tel sujet, on peut se dire d'emblée que tout est permis aussi question narration et mise en scène. On peut d'ailleurs craindre à juste titre beaucoup de violence gratuite, de surenchère. Curiosité malsaine ? Oui sans doute, surtout si on est un spectateur sensible à la base. Mais au-delà de cet aspect, on peut aussi espérer un fond pertinent, qui pointerait du doigt pas mal de dérives dans le pays de l'Oncle Sam comme son incapacité à renoncer aux armes à feu et son pseudo-puritanisme même si cela a déjà été fait et bien fait. Mais surtout on pense aux pulsions de l'être humain qui dans un tel contexte seraient pour le moins tentées de se libérer pleinement. Parce que forcément, selon ce qu'on a vécu, on peut se dire : et moi, est-ce que je n'en profiterais pas un peu de cette impunité ? Mais la liberté de faire du mal, même sous l'impulsion de la justice, est-elle vraiment une liberté ?

cdn.indiewire.com.jpg

Entre Mad Max et The Punisher, le personnage du justicier solitaire est au coeur de l'histoire et c'est tant mieux. Très présent, charismatique, mystérieux, on s'attache très vite à lui. Mais le fait d'aller contre l'esprit de la Purge ne lui attirera peut-être pas que les bonnes grâces. A noter que son interprète, Frank Grillo, s'était fait remarqué quelques mois plus tôt dans Captain America : The Winter Soldier.

La première partie nous présente les personnages quelques heures avant le début de la purge. Des gens ordinaires, proches de nous, dont on ne sait à quelle sauce ils vont être mangés. Leur vulnérabilité est évidente et elle ne fera que croître face aux menaces qui vont les cerner de toutes parts sous les formes les plus diverses : bandes organisées, snipers solitaires, gangs, escouades militaires.

On suit avec beaucoup d'intérêt le périple des héros, le réalisateur trouvant un bon équilibre entre la psychologie, la tension et l'action. Dommage qu'il tombe dans certaines facilités pour tenter de nous surprendre car certains rebondissements sont en comparaison très réussis.

Le film prend une tournure assez inattendue dans sa dernière partie :  de survival il se transforme alors en une sorte de lutte des classes. Si sur le fond, c'est plutôt une bonne idée, dans la forme, hélas, le film perd son originalité et sa subtilité en se présentant comme un action movie lambda, déconstruisant un peu trop tout ce qui avait été mis en place avant.

Finalement, la violence dont on pouvait craindre la démesure est moindre, puisque plus souvent suggérée que montrée. Elle est davantage psychologique. On a le sentiment du coup d'un film sage, classique, qui colle paradoxalement au politiquement correct de la plupart des films hollywoodiens. Mais si c'était cela la véritable audace de The Purge 2 ?

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être aussi :

Death Sentence18403154.jpgMad Max 2

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Écrire un commentaire