Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 08 mars 2015

Brink [Jeux Vidéo/Critiques]

brink_360_2d_final.jpg

Brink : le FPS qui s'est tiré une balle dans le pied (et c'était du gros calibre !!!)

Brink est typiquement le jeu révolutionnaire sur le papier et qui a échoué de manière spectaculaire dans la pratique.

Tous les points forts mis en avant lors de la promo se sont avérés bien présents, sauf qu'ils se sont tous révélés inutiles ou anecdotiques compte tenu de leur efficacité in game. Revue en détails d'un des plus gros échecs de la 360 (qui aurait pu figurer dans Mes Plus Grosses Désillusions sur 360) :

L'Editeur de Personnages

Brink propose sans doute ce qui s'est fait de mieux en matière de rendu de personnage sur 360. Avec son design bien particulier, entre réalisme et caricature, ses gueules façon BD, sa parenté avec l'univers post-apo et surtout ses graphismes propres et soignés, on en prend clairement plein les yeux dès le début, ce qui laisse rêveur sur le reste du contenu. Sauf qu'un élément très simple va remettre en question l'intérêt de tout cela : c'est un FPS, qui plus est nerveux (enfin en théorie) par conséquent on ne verra jamais son perso et donc on ne profitera que d'une manière très abstraite du processus créatif. L'éditeur ne sert qu'à différencier au maximum notre avatar de celui des autres, le jeu étant multi avant tout. Vous me direz, ce n'est pas inutile alors, certes, mais, bon, quand on voit ce que beaucoup de jeux ouverts et orientés RPG nous ont offert en la matière, on ne peut s'empêcher d'être un poil frustrés. Un gros sentiment de gâchis donc. Un défaut que j'ai trouvé récurrent sur la 360, d'ailleurs qui a de nombreuses fois échoué à associer les bonnes idées avec les bons jeux. (Un éditeur comme ça pour Fallout 4, please !)

La VF

On pensait que la série de RPG Two Worlds était une exception en matière de doublage français catastrophique, bah non. Malgré la renommée de son éditeur (Bethesda à qui l'on doit rien moins que Skyrim) on a eu droit pour Brink à un autre exemple de doublage du pauvre. Comme je l'ai précisé plus haut les personnages ont tous des gueules de repris de justice, mais on a rien trouvé de mieux que de leur affubler des voix de citoyens lambda sans aucune conviction avec de surcroît des dialogues d'une consternante platitude. Et pour couronner le tout, le son est inaudible. Remarquez c'est presque une qualité vu ce qu'il y a à entendre.

Le Scénario

C'est plus ou moins du déjà vu : deux corporations opposées, l'une symbolisant l'autorité (La Sécurité) et l'autre la rébellion (la Résistance) avec les rebondissements prévisibles de rigueur. Cela aurait pu être intéressant à suivre si les personnages avaient eu le charisme nécessaire, mais en l'absence de dialogues et d'un doublage dignes de ce nom, on passera allègrement les cinématiques. Seule compensation : on peut jouer les deux campagnes et alterner entre les deux corporations à tous moments avec un même perso. Mais bon, a-ton vraiment envie de s'investir autant pour si peu ?

Le système SMART

Ca devait être la grande innovation de ce titre. Imaginez : un shooter couplé avec le gameplay de Mirror's Edge ! Bon déjà, il faut savoir qu'il existe trois corpulences dans Brink (Mince, Moyenne et Lourde) et que chacune offre en conséquence des avantages et des inconvénients et plus ou moins de possibilités en matière de déplacement. Ce qui, il faut l'avouer, est en soi logique et intéressant. Mais une fois la manette en main, on ne peut que constater l'écart navrant entre promesse et réalité. Si on peut effectivement sauter simplement par-dessus des obstacles, grimper et glisser, on a absolument aucune sensation en le faisant, les déplacements étant d'une lourdeur significative même en corpulence Moyenne. Tant et si bien qu'à côté, Far Cry 4 passe pour une véritable simulation de Parkour.

Les Armes

Qui dit FPS dit forcément armes. Brink offre une panoplie assez large apte à contenter n'importe quel joueur amateur de fusillades virtuelles. Si déjà dans un premier temps les modèles ne semblent pas d'une grande originalité et un peu trop proches dans leurs caractéristiques, ce qui surtout va laisser coi c'est le manque absolu encore une fois de sensations. (J'ai pourtant vérifié que j'avais bien mis les vibrations). Les armes n'ont aucun feeling propre, aucune pêche. Hormis une cadence de tir variable, rien ne les distingue vraiment. Et là on se dit  naturellement : est-ce que les développeurs ont réellement testé leur jeu avant de le vendre ?

La Dynamique de jeu (ou plutôt son absence)

De base, la dynamique de Brink avait tout pour fonctionner. Alternant entre objectifs principaux et secondaires, avec bien sûr la possibilité d'emprunter plusieurs itinéraires, de changer de classe dans une même partie et d'employer les compétences correspondantes (très bien vu il faut l'avouer). Malheureusement, à cause des défauts précités, on ne prend aucun plaisir à jouer. Les cartes ont chacune leur personnalité, mais le level design est peu inspiré, ça bouge mal, c'est mou, c'est fade, c'est sans âme et sans énergie. C'est même répétitif et ennuyeux, tout le contraire de ce que c'était censé être. Si vous voulez un antidote à une addiction au multi, prenez Brink, c'est très efficace comme traitement !

L'Evolution du Personnage

Je place cet élément en dernier, histoire de sauver les meubles, car c'est véritablement le meilleur point du jeu. Selon nos actions et nos réussites au cours d'un partie, on cumulera des points d'EXP et des points de compétences, accédant du même coup à de nouveaux items pour personnaliser nos armes et notre avatar. Le jeu proposant plusieurs façons d'y parvenir : par le biais du multi bien sûr, mais aussi du solo sous forme de scénario, de mode libre (partie personnalisable) et de défis prédéfinis sur plusieurs niveaux de difficulté (les récompenses sont alors annoncées au préalable). On a ainsi le sentiment de gérer notre progression comme on l'entend et ce sentiment de liberté est très appréciable.

Le trailer du jeu forcément plus convaincant que le jeu en lui-même et qui nous rappelle cruellement ce qu'on a pas eu et ce qu'on aurait pu avoir...comme une putain d'ambiance !!!

A découvrir également :

pas d'image pas d'image pas d'image

   

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Commentaires

Excellent test, et j'ai eu le même constat en testant le jeu... Ce trailer qui promettait pourtant une belle claque, déception. Plus le temps passe et plus les fps sont décevants ou alors c'est moi qui me fais vieux. ^^

Écrit par : Wiscrof | lundi, 09 mars 2015

Répondre à ce commentaire

non, les jeux en général misent plus sur leurs promesses que sur la réalité en revanche excellente surprise avec Far Cry 4 regarde mon test à l'occasion je m'en lasse pas perso !

Écrit par : Greg Armatory | lundi, 09 mars 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire