Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 15 août 2015

Jeu vidéo et Vie réelle [Jeux Vidéo/Méditations]

Jeu Vidéo et Vie Réelle : Un Parallèle

 

Ca fait un moment que j'ai cette réflexion en tête. Je l'ai laissée mûrir, histoire de voir si c'était le genre d'idées sympathiques sur le moment, mais pas vraiment utiles ou au contraire le genre très pertinentes qui donnent matière à réfléchir. Plusieurs années ont passé et elle est restée enracinée sans que je prenne la peine de la coucher par écrit. Pas encore l'heure sans doute.

Et un jour, un truc complètement anecdotique dans un jeu me rappelle subitement l'intérêt de cette question. Et par extension l'intérêt de la partager. Je reviendrai sur l'anecdote en question en fin d'article car elle devrait le ponctuer à merveille.

A force de jouer à des jeux vidéo en monde ouvert, à des jeux bac à sable, autrement dit à des gta-like, même si cette expression n'a plus lieu d'être, à un moment donné une évidence m'a comme traversé l'esprit.

En analysant la mécanique de ces jeux, je me suis dit que finalement le parallèle avec la manière dont notre propre existence fonctionnait était facile et assez fascinant du coup. Après tout, l'être humain ne fait que reproduire à son échelle ce qui existe souvent depuis des temps immémoriaux et à une échelle autrement plus grande. Faut dire que je crois beaucoup aux notions de destin, de karma et de réincarnation. Et ces croyances ont alimenté naturellement cette réflexion.

Cette mécanique, observons-la de plus près :

Le jeu présente un monde ouvert donc, plus ou moins grand dans lequel une grande liberté est permise dans nos actes, dans la manière de faire, dans notre gestion du temps et de l'espace qui nous sont proposés.

Cela dit, au départ, comme dans la vie, on est limité par des capacités, des connaissances, un équipement. Même le monde en général n'est pas accessible dans son intégralité. Il faut avancer dans le scénario pour débloquer des lieux, des compétences, des interactions et de l'équipement supplémentaires.

Il y a donc à chaque fois un Scénario préétabli, une Quête Principale, l'équivalent de notre Destinée dans la vie réelle en quelque sorte. Il se compose de Missions Principales successives qui une fois accomplies dans leur intégralité nous donne un sentiment d'accomplissement tout en apportant une émotion liée au dénouement même d'une grande aventure qu'on a eu plus ou moins de plaisir à suivre de bout en bout. Nous avons évolué, peut-être acquis de l'expérience et bénéficié de tout un tas d'acquisitions matérielles et autres qui nous ont donné le sentiment de mieux contrôler notre personnage, notre environnement et de pouvoir faire face aux difficultés rencontrées.

Un élément très intéressant est que si nous ne pouvons pas ou rarement influer sur l'ordre et la nature de ces missions principales, on peut en revanche être toujours maître de la vitesse à laquelle les mener et également sur ce qu'on peut faire entre deux de ces missions. Puisque l'avantage d'un monde ouvert contrairement à un jeu dit linéaire, c'est que le scénario n'est qu'une partie du jeu (et bien souvent pas la meilleure, mais ça ce n'est que mon avis).

Ces activités annexes peuvent se présenter sous différentes formes :

Les Missions secondaires : Si elles restent optionnelles, leur importance est évidente étant donné les récompenses offertes par leur accomplissement. Cela peut-être de l'équipement, des compétences, des connaissances ou encore des alliés qui pourront nous donner un coup de main le cas échéant. Certaines sont très scénarisées et très impactantes sur notre évolution au point de constituer un complément quasi indispensable au Scénario. En résumé, les Missions Secondaires sont loin d'être secondaires justement. Cherchez dans votre vie des évènements pouvant se ranger dans cette catégorie, vous en trouverez forcément. Des étapes dans votre parcours qui paraissaient anecdotiques et qui au final se sont avérées extrêmement enrichissantes, vous donnant les armes qui vous manquaient pour accomplir votre Objectif Principal (sous-entendu du moment présent), terme qui revient également très souvent dans les jeux vidéo. Ce n'est en rien un hasard. 

Les Mini-Jeux : entre deux missions, principales ou secondaires, qui pourraient se rapprocher d'un travail, d'un devoir puisqu'elles demandent des efforts et qu'elles sont rémunérées, il y a la possibilité de se ménager des moments de détente, d'évasion. Les Mini-jeux, ce sont des activités qui peuvent être répétées à l'infini demandant peu de temps et de concentration. C'est purement ludique et récréatif, des jeux dans le jeu en quelque sorte. Dans la vie on appelle ça des défouloirs, ces moments où on se déconnecte de la réalité, au hasard en jouant aux jeux vidéo, en regardant la télé, un film, en écoutant de la musique, en faisant un peu de sport. 

Les Défis : Ils consistent à réaliser de petits exploits et encouragent en général à explorer les quatre coins de la map. Ce peut être différentes cascades à effectuer, des objets à récupérer, à détruire, des cibles à éliminer, etc... Leur réussite n'apporte pas grand-chose au jeu, hormis une éventuelle capacité supplémentaire ou un item spécial plus ou moins utile. Ils sont surtout là pour gonfler l'égo et l'esprit de compétition (avec soi-même et/ou les autres) et permettre de se rapprocher des 100% d'accomplissement. Parce que finir un jeu à 100% ça procure une certaine euphorie (ça a dû m'arriver qu'une fois, avec Captain America !)

Les Succès/Trophées: A la fois internes et externes au jeu, ils sont directement liés à la console utilisée. Leur découverte est caractéristique puisqu'elle s'accompagne d'un bruit et d'un logo apparaissant directement sur l'écran en cours de jeu; leur nom est lui aussi personnalisé et souvent humoristique avec force références à des films, jeux, expressions, univers divers et variés et souvent adaptés à la nationalité du joueur.

Les succès sont listés et donc visibles dès le départ par le joueur depuis l'interface de la console, mais certains sont volontairement secrets ajoutant un challenge supplémentaire. En général ils sont au nombre de 50. La plupart sont liés au Scénario, d'autres au multijoueur, le reste concerne les autres activités du jeu, demandera des conditions ou des actions très précises parfois d'une complexité qui vous demandera de refaire plusieurs fois le jeu. Et c'est justement là que j'en profite pour revenir sur la fameuse anecdote à l'origine de cet article.

Dans l'action/RPG Dragon's Dogma de Capcom, il existe un Succès "Le héros" qui exige l'accomplissement de toutes les quêtes libres, sous-entendu toutes celles qui ne figurent pas sur les panneaux de primes, autrement dit toutes les quêtes principales du scénario plus les quêtes secondaires données directement ou non par des PNJ. Cela fait un moment déjà qu'il ne me manque que ce succès sans que j'arrive à accomplir la quête manquante, d'une certaine complexité. Quand je la termine enfin, c'est pour réaliser que ce n'était pas elle, la mission manquante. Il m'en manque encore une. La particularité de Dragon's Dogma est que vous pouvez refaire le jeu indéfiniment en conservant tout ce que vous avez gagné dans vos précédentes parties, ce qu'on appelle communément un NG+. Les missions que vous avez déjà accomplies sont enregistrées ce qui fait que vous n'avez pas besoin de toutes les refaire pour obtenir ce fameux succès. Dieu merci, c'est déjà assez problématique comme ça !

Je recommence donc ma quatrième partie, progresse un peu dans le scénario et croyant une nouvelle fois avoir trouver ma quête manquante, décide de faire un check-up complet. Après une recherche assidue, je trouve enfin LA quête manquante. Que j'ai royalement ignoré au début de ma nouvelle partie la considérant comme un simple tutoriel que je pensais de surcroît avoir déjà fait. Pour ceux que ça intéresse il s'agit de la mission d'entraînement "L'Union fait la Force", dans le Camp des sentinelles. Résultat : je n'aurais plus qu'à refaire le jeu une fois de plus, puisque, je vous le donne en mille, cette mission fait partie des missions limitées dans le temps. Une fois passé un certain stade, c'est le point de non retour, la mission n'est plus disponible.

Un peu comme dans la vie, pour revenir à mon sujet principal. Parce que les opportunités ont la particularité de ne pas se reproduire ou rarement. Alors faut savoir les repérer et les saisir, sinon on peut passer une bonne partie de sa vie à faire du surplace, on évolue pas, plus, on peut même régresser.

Le fait est que parfois pris dans le tourbillon léger de ces activités annexes, on finit par oublier le scénario, on finit même par oublier qu'il y a un scénario. Dans un jeu ce n'est pas très grave, dans la vie, c'est autre chose. De mettre ses objectifs principaux de côté, de placer entre parenthèses son destin c'est parfois nécessaire pour se ressourcer, prendre  du recul afin de mieux y revenir après. A condition de ne pas s'en éloigner trop longtemps, car il y a toujours le risque de le perdre de vue et de se perdre tout court.

Quand on croit au destin, au karma et à la réincarnation, on peut donc se dire que si la mort c'est le game over, on a peut-être le droit de refaire une partie afin de réussir ces missions qu'on avait pas jugées importantes pour l'ensemble de notre oeuvre sur Terre. En espérant avoir conservé un certain nombre d'acquis comme dans un NG+ afin de ne pas repartir de zéro.

C'est d'ailleurs tout le concept de Lightning Returns, probablement à ce jour, le jeu qui se rapproche le plus de ma perception de la vie et de ses mécaniques et c'est ce qui a fait qu'il m'a donné une émotion assez unique quand je l'ai réalisé.

Ca me fait aussi penser à certains épisodes de la série Code Quantum lorsque Sam Beckett, le héros, croit être catapulté dans une certaine époque et dans une certaine personne (voire un animal !) afin d'accomplir une certaine mission, assez évidente, et au final de réaliser, et nous avec, que la raison de sa présence était toute autre et qu'en faisant ce qu'il jugeait important il a malgré tout, par une série d'évènements ricochets, réussi à atteindre son objectif réel. Faire le bien engendre le bien.

Qui sait si ce que nous pensons être notre destin n'est pas au final une mission secondaire qui permettra l'accomplissement d'un scénario beaucoup plus complexe et important ?

Et puis si on a pas tous droit à la réincarnation en cas d'échec, on a  peut-être droit à un compromis : la possibilité de faire le bonheur d'une autre vie, d'être une sorte d'ange gardien, soufflant les bonnes idées, réconfortant ici, guidant là, juste ce qu'il faut pour mettre sur la bonne voie sans piétiner le libre-arbitre (cf le film La Cité des Anges). Accompagnez un être, le regarder s'épanouir, parfois se tromper, mais tenter toujours de donner le meilleur de lui pour aller plus loin à chaque fois. C'est gratifiant, aussi, non ?

Personnellement, je me plais à penser que les proches que j'ai perdu jouent ce rôle auprès de moi.

 

En Lien

Le Monde Ouvert du futur Part.1

Le Monde Ouvert du futur Part.2

Qu'est-ce qu'être un héros aujourd'hui ?

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Écrire un commentaire