Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 09 juin 2014

Qu'est-ce qu'être un héros aujourd'hui ? [Société]

Qu'est-ce qu'être un héros aujourd'hui ?

 

Comme beaucoup de gens je fantasme depuis longtemps sur les héros et super héros des différentes mythologies qui accompagnent l'évolution de notre monde et des hommes qui le composent.

De nos jours, ce sont les comics qui sont devenus l'une de nos principales mythologies. Dans le film Incassable, le personnage interprété par Samuel Jackson le traduit d'ailleurs si bien que je vais me permettre de reprendre textuellement ses propres mots :

"Je pense que les comics sont notre dernier lien avec une façon ancienne de communiquer l'histoire. Les égyptiens dessinaient sur les murs. Aujourd'hui encore, partout dans le monde, on continue à transmettre le savoir par l'image.
Les comics sont pour moi une forme d'histoire que des gens comme nous ont un jour vécu ou éprouvé. Ensuite, bien sûr, ces expériences et cette histoire ont été altérées par la machine commerciale. C'est devenu des dessins à la mode, plus accrocheurs, dans le seul but de faire de l'argent."

Ce serait sans doute plus facile si le mal était incarné aujourd'hui par des créatures monstrueuses visibles au premier coup d'oeil qui se manifesteraient ouvertement avec de grand éclats de rire démoniaques et un discours dénué d'ambigüités. Ce n'est pas le cas. Ca ne veut pas dire que le mal n'existe pas, bien évidemment.

Et ce n'est pas un hasard si les comics eux-mêmes ont gagné en subtilité et en maturité sur cette question précise.

Si certaines personnes, entreprises oeuvrent dans un intérêt purement égoïste au mépris parfois de la loi, de toute moralité et de la vie même, menaçant des vertus et des valeurs ô combien précieuses, il y a un autre danger, un autre ennemi, peut-être plus pernicieux, que nous ne devons qu'à nous mêmes : notre soumission instinctive, notre instinct à accepter ces nuisances, à les subir sans broncher, notre apathie, notre désespoir. Nous le constatons déjà à l'échelle politique, le résultat des élections européennes est des plus parlants à ce titre.

Nous avons besoin de croyance, d'espoir, de modèle. Nous en avons de plus en plus besoin et nous avons de plus en plus de mal à les trouver.

Le premier réflexe est de les chercher en dehors de notre environnement proche. On admire des célébrités, des gens influents, médiatisés dont le parcours et l'engagement nous inspirent plus ou moins. Mais il arrive toujours un moment où leur popularité se retourne contre eux, qu'ils le veuillent ou non et que leurs belles idées se voient quelque peu fanées, dénaturées pour ne pas dire carrément corrompues par le succès de leur entreprise. Et nous nous retrouvons subitement de nouveau sans exemple, orphelins.

Alors vient le moment où nous avons la sagesse de regarder simplement autour de nous, parmi notre famille, nos amis, nos connaissances, des gens que nous croisons de temps à autre sans les connaître et d'autres que nous ne rencontrerons peut-être qu'une seule fois, mais qui saurons imprimer dans notre esprit une empreinte indélébile propre à nous insuffler courage et espoir à plus ou moins long terme si nous prenons la peine de les écouter et de prendre un peu de recul.

Et puis peut-être qu'il arrivera ce moment où dans notre désir insatiable de  trouver un modèle durable, sur lequel on pourrait avoir une prise directe, nous prendrons conscience que ce héros qui se dérobe sans cesse à nos yeux, il est encore plus près de nous, que nous l'avons pour ainsi dire toujours côtoyé. Nous le voyons chaque matin quand nous nous regardons dans la glace. Il a un potentiel énorme car il a la liberté de devenir qui il veut. Il peut devenir ce héros qui ne semble exister qu'au cinéma ou dans les livres. Pas dans la forme, mais dans le fond. En gardant une chose à l'esprit :

Avant de songer à devenir un héros pour ce monde, il nous faut construire notre légende personnelle, il nous faut devenir le héros de notre propre vie.

C'est vrai, nous n'avons pas de super pouvoirs, nous n'avons pas non plus de gadgets derniers cris ou un arsenal d'armes destructrices pour protéger la veuve et l'orphelin. Nous ne sommes pas des milliardaires, des agents secrets pas plus que des mercenaires. Mais nous avons une arme d'une puissance insoupçonnable, inégalée que tous peuvent nous envier : un super vouloir ! (dixit Ray dans le film Hancock) autrement dit la volonté de bien faire et l'assurance d'en avoir le droit et le devoir comme n'importe quel citoyen doué de raison et de conscience. Et de demeurer humble et discret quant à notre réussite en ce sens, indispensable complément de la démarche. Plutôt que d'esprit héroïque, qui, il est vrai, peut suggérer une forme de revendication narcissique, on parlera alors davantage d'esprit vertueux. L'idéal étant que nos actes seuls puissent inspirer et nous satisfaire.

Notre mission ne consistera pas à dérober un dossier secret dans une base ultra-sécurisée ou de délivrer des otages à l'autre bout du monde, dans un pays en guerre. Non. Mais le bien que nous ferons à nous-même et aux autres n'en seras pas moins réel et conséquent quel que soit la visibilité immédiate que nous en aurons.

Nous nous souviendrons par exemple de nos rêves et nous changerons de métier malgré les risques pour devenir enfin nous-mêmes et surtout le meilleur de nous. Parce qu'au fond la plus grande tragédie c'est de se convaincre qu'on ne peut pas changer et que notre vie est dans une impasse. Pour reprendre encore une fois les mots de Samuel Jackson dans Incassable :

"Vous savez ce qu'il y a de plus effrayant ? D'ignorer quelle est sa place dans ce monde ."

Nous nous servirons de nos compétences, de notre expérience pour sensibiliser les gens sur leur capacité à réfléchir par eux-mêmes, à se rééduquer, nous leur rappellerons que le libre-arbitre existe et que la démocratie n'est pas qu'un vain mot.

Nous remettrons en question régulièrement notre mode de vie en prenant en compte ce qu'il implique pour le fonctionnement de la société toute entière. Nous deviendrons vigilants au quotidien et soutiendrons naturellement quiconque a besoin d'aide parce que nous le remarquerons, peut-être nous et nul autre et que cela ne nous coûtera rien et surtout nous rapportera plus que nous ne pouvons l'imaginer dans notre désir d'évolution constante et personnelle.

Parce que faire des choses utiles de manière désintéressée dans une société comme la nôtre est le luxe suprême.

Si nous nous sentons incapables de secourir directement quelqu'un, nous n'hésiterons pas à demander de l'aide autour de nous, l'union fait la force, toujours. Nous pourrons aussi nous former pour agir en dépit de nos peurs et pouvoir répondre à une demande d'aide, même si elle n'est pas formulée. Si la justice est aveugle, l'injustice est parfois muette. Il suffit de garder les yeux ouverts et la conscience en éveil. Ne pas intervenir en faveur d'une personne que l'on sait en difficulté, en danger, est un crime. Et que la loi s'adapte actuellement en ce sens n'est que justice.

On culpabilisera peut-être en se dédouanant de cela, et c'est tant mieux car c'est le début d'une prise de conscience essentielle. On voudra alors peut-être se confier, se confesser à ce sujet ou on préfèrera enfouir ce secret pour ne pas en souffrir. Personne alors ne le saura peut-être en dehors de nous. Mais souvenons-nous d'une chose :

Il n'y a pas meilleur juge, ni pire bourreau que notre propre conscience lorsqu'elle est active et orientée face à nous.

Si nous voulons voir ce monde changer, s'améliorer, changeons-nous, améliorons-nous. Ne nous trouvons pas d'excuse en nous disant qu'il est trop tard ou que c'est l'affaire des autres. Le monde est ce que nous en faisons. Nous sommes tous concernés, il n'y aucune exception. Nous sommes tous responsables de la société qui est la nôtre, nous avons chacun notre part à faire car elle ne changera pas sans nous. Nous sommes tous liés que nous le voulions ou non et chacune de nos actions ou de nos inactions a des répercussions sur la vie des autres tout comme les choix des autres ont des répercussions sur nos vies.

Les changements positifs à l'échelle d'une vie humaine ne sont rien moins que le miroir des changements possibles dans le  monde entier.

Et si nous savons que nous sommes quelqu'un de droit, d'honnête et qu'il nous arrive pourtant des injustices, ne tombons pas dans le piège de nous sentir simplement victimes. Tout a sa raison d'être même s'il faut du temps pour l'accepter.

Interprétons certains drames et expériences malheureuses comme des signes, des avertisseurs conçus à notre seule attention, qui n'aurons de sens que pour nous, mais qui auront un impact pour beaucoup de gens si nous les tournons à notre avantage.

Nous ne changeons pas parce que certains évènements arrivent dans notre vie, certains évènements arrivent dans notre vie pour que nous changions.

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Commentaires

Il est des situations du quotidien pour lesquelles je n'accepte plus de n'être que simple spectateur. Je porte une attention toute particulière au monde qui m'entoure afin de porter aide et assistance à ceux qui peuvent en avoir besoin. Une main tendue, une attention peuvent parfois être suffisantes et ne nous coûte bien souvent qu'un peu de temps. C'est un luxe que j'ai fait le choix de m'offrir et d'offrir au monde. Merci Greg de nous le rappeler car plus que jamais c'est IMPORTANT voir CAPITAL.

Écrit par : Hervé Smagghe | lundi, 09 juin 2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire