Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 mars 2015

Waterworld [Cinéma/Critiques]

waterworld, kevin costner

Waterworld, un film d'anticipation de Kevin Reynolds (Robin des Bois, Code Meurtre 187) avec Kevin Costner et Denis Hopper. Un grand film d'aventures unique en son genre (pratiquement toute l'histoire se déroule sur ou dans l'eau) avec un Kevin Costner mémorable dans la peau d'un anti-héros, pas tout à fait comme les autres... Visionner un extrait ICI

waterworld,les dents de la mer,kevin costner,spielberg

Quand on regarde dans le rétro, on se rend compte à quel point l'échec de Waterworld est injustifié. Sa parenté avec Mad Max 2, loin d'être une tare, l'élève également au rang de référence du genre post-apo.

Après une collaboration gagnante sur Robin des Bois, Prince des Voleurs, Kevin Costner et le réalisateur Kevin Keynolds remettaient le couvert en 1995 en revoyant leurs ambitions à la hausse pour une production qui même encore à l'heure actuelle reste du jamais vu.

Le film s'ouvre sur un plan déjà fort percutant et inspiré puisqu'on y voit le célèbre logo des studios Universal (rien moins que la Terre) intégré directement à la narration (comme cela se fait régulièrement) pour représenter ici le réchauffement climatique et l'inévitable montée des eaux.

waterworld,les dents de la mer,kevin costner,spielberg

Kevin Costner à la barre. L'acteur s'est particulièrement investi sur ce film, de manière très physique et également en parallèle, puisqu'il est co-producteur.

Kevin Costner (Man Of Steel) incarne The Mariner, un héros solitaire au caractère bien trempé qui ne cherche à priori qu'à survivre comme tous dans ce désert d'eau qu'est devenu la Planète Bleue qui n'a, il faut bien le dire, jamais aussi bien porté son nom.

Sa force : un grand sens d'adaptation, un esprit hermétique à toute forme de sentiment et bien sûr son catamaran, qui réserve bien des surprises à ses ennemis comme aux spectateurs. A ce titre, la séquence de poursuite qui ouvre le film, si elle peut à sa façon faire référence à celle de Mad Max 2 pour introduire l'héroïsme du personnage et la dangerosité de son univers, nous file le frisson de par son aspect évolutif, sublimée par un thème musical qui conquit immédiatement l'oreille.

A son arrivée à l'atoll artificiel (construit spécialement pour les besoins du film), The Mariner va rencontrer plusieurs protagonistes qui vont rester dans son sillage, pour le pire et pour le meilleur. Mais on a droit à un twist inattendu digne d'une fin de film qui vient donner un énorme intérêt au personnage là où on ne pouvait voir qu'un simple archétype.  

waterworld,les dents de la mer,kevin costner,spielberg

Jeanne Tripplehorn (La Firme, Basic Instinct) incarne Hélène, mère adoptive de la jeune Enola dont elle devine la valeur. Elle sera pour beaucoup dans la mutation de The Mariner grâce à son tempérament et sa curiosité.

waterworld,les dents de la mer,kevin costner,spielberg

Enola (Tina Majorino) saura elle aussi mettre à mal l'imperméabilité du Mariner aux sentiments et aux compromis. Son ingénuité sera la source de gags savoureux. La représentation de son pouvoir de divination, quant à lui, aurait mérité d'être un poil plus crédible.

Là encore, avec l'attaque de l'atoll et la réaction de l'anti-héros, on est en terrain connu puisque dans Mad Max 2, Max adoptait la même attitude antisociale avant que les évènements ne l'obligent à modifier sa nature résolument rebelle.

Mais c'est après cela que Waterworld prend définitivement une tournure plus personnelle. L'équipage s'agrandit et avec lui l'humanité du Mariner qui passera par bien des colères et des résistances avant de comprendre la valeur intrinsèque de ce qu'il va longtemps considérer comme des poids encombrants. L'occasion pour lui de peut-être enfin mettre un terme à sa course aveugle vers un horizon inaccessible.

Avec un humour qui fait mouche et un sens du spectacle et de l'aventure exemplaire, Waterworld s'il n'est pas un drame social, n'oublie pas de montrer au passage les errements d'une société livrée à elle-même où un semblant de règles entretient de manière symbolique la notion de civilisation. Le film est particulièrement envoûtant dans son aspect contemplatif avec ses larges panoramas et ses séquences émotionnelles (le cours de natation, l'exploration sous-marine), la musique d'une grande richesse de James Newton Howard (Incassable, Le Village) y étant évidemment pour beaucoup.

waterworld,les dents de la mer,kevin costner,spielberg

Outre un Dennis Hopper mémorable en Diacre borgne, on retiendra également la composition inoubliable de Kim Coates (Bad Boy) en cinglé des mers aussi drôle que flippant (une demi-heure, une demi-heure !).

waterworld,les dents de la mer,kevin costner,spielberg

On peut regretter un manque de détails de l'univers comme le développement d'un bestiaire spécifique (même si la seule créature visible fait son effet).

La faiblesse du film est peut-être plus encore de s'être trop orienté vers le divertissement pur et dur alors qu'il aurait pu davantage donner matière à réflexion.

Cela dit, le nom du pétrolier coulant à la fin devrait suffire pour certains à reconnecter la fiction à la réalité. L'épilogue lui-même dans son parti pris ajoutant de la personnalité au film.

Au-delà même de sa valeur cinématographique qui sera sans nul doute amenée à être réévaluée, on peut craindre que Waterworld acquiert également, malgré lui, une dimension prophétique. En tous les cas, le visionner est idéal pour nous rappeler vers quelle catastrophe l'on va si on ne parvient pas à stopper le processus sinon l'inverser.

A noter que Jack Blak fait une apparition dans le film dans la peau d'un pilote d'avion. Une version longue existe où l'on peut voir Helen combattre avec un arc durant l'assaut de l'atoll. Une attraction grandeur nature a été réalisée où l'on peut assister à l'amerrissage d'un hydravion au milieu de l'atoll.

En hommage au film j'ai crée une Map Extraction avec l'éditeur de Far Cry 4 nommée tout simplement Waterworld où il y a à voir autant sur que sous l'eau. Si vous la jouez, n'hésitez pas à me donner ici votre ressenti.

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Écrire un commentaire