Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 09 avril 2011

Sucker Punch [Cinéma/Critiques]

sucker punch, zack snyder,

Et si avec Sucker Punch, Snyder nous avait fait son Inception ?

Ne tournons pas autour du pot : oui, Sucker Punch est un film fait pour les geeks, les amateurs de jeux vidéo, de jeux de rôle, de mangas, d'effets spéciaux et autres mouvements de caméra défiant l'imagination.

Mais en partie seulement et c'est très important de le préciser. Car cet aspect blockbuster hollywoodien n'est que la partie émergée de l'iceberg. Derrière les images tape à l'oeil, sexy de ces cinq héroïnes iconiques qu'on croirait tout droit sorties d'une BD, le film recèle une histoire dramatique insoupçonnée, une vraie sensibilité et une réelle profondeur psychologique.

Bien sûr qu'on peut reprocher au cinéaste un trop grand déséquilibre entre les scènes dramatiques et les joutes oniriques fantasmées où les images de synthèse et les ralentis surabondent. Mais au fond, Snyder (Watchmen) n'a-t-il pas voulu de manière audacieuse et unique réunir deux publics qu'on a toujours voulu opposer : les amateurs de scénario complexe et les fans d'esthétisme léché ?

Rien que pour ça, le film mérite d'être vu. Rien que pour être totalement compris et véritablement apprécié, il mérite aussi d'être revu.

Faites-vous votre propre idée, mais ouvrez bien vos yeux et vos oreilles autant que votre esprit !


SUCKER PUNCH : de l'Introspection à l'Hyperspectacle

(Attention SPOIL !!!)

En réglant leur compte à ces ersatz de nazis, Baby doll ne fait que donner corps à sa culpabilité, à ses doutes, ses peurs et ses démons. Démons qui prennent littéralement forme et qu'elle se fait un plaisir de terrasser, qu'il s'agisse de Samouraïs titanesques, de dragons ou encore d'orques et de robots.
En libérant sa fureur, elle se libère elle-même de sa folie, de l'aliénation qui la guette. Son esprit est devenu l'arène où lutte son instinct de survie et son désespoir.
Dans Sucker Punch, la destruction est l'expression même de la survie d'un esprit dans un monde cruel, impitoyable où l'innocence n'a pas la moindre chance.

En livrant au monde son premier script original, Zack Snyder a fait plus que mixer le film cérébral et le blockbuster décomplexé. Il les a réconciliés, il leur a offert un terrain d'entente. Des niveaux de lecture, des raisons d'être apprécié, Sucker Punch en a évidemment plusieurs. C'est ce qui fait sa richesse, sa qualité, mais c'est aussi ce qui l'a condamné aux yeux de beaucoup. L'équilibre n'est pas toujours réussi, certes, mais l'effort est louable et le résultat efficace.
De la plus simple analyse (film pour geeks) à la plus complexe (la quête de libération d'une âme) bienvenue dans un cinéma qu'on désespérait de (re)découvrir un jour !

 En Lien

 

T’as aimé…ou pas

T’as tout lu, tout vu, tout entendu…ou pas

Peu importe, post un com et like la page pour dire que tu existes car ton avis est important pour moi, mais aussi pour le futur de ce blog, un gros merci d’avance !

Écrire un commentaire