Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 07 juillet 2010

Krull [Cinéma/Critiques]

L'un des nombreux décors marquants du film

La Fantasy est un genre particulièrement exploité dans les années 80, tant que certaines oeuvres sont passées inaperçues (parfois à raison) et demeurent aujourd'hui encore méconnues. C'est le cas de Krull.

J'ai découvert ce film à la télé à l'âge de 15 ans et depuis il est resté dans mon coeur. Pourquoi ? Parce que malgré une histoire basique de conte de fée et certains effets spéciaux totalement dépassés, il brasse tous les ingrédients du genre avec bonheur et comble la soif d'imaginaire à travers des trouvailles visuelles inédites (la mort des Tueurs, la destruction de la Forteresse Noire) des séquences mémorables (La Toile Géante, les Chevaux de Feu) et des décors d'une grande originalité (l'aspect organique de la Forteresse Noire).

Le thème principal qui sert d'introduction. Une musique généreuse, épique, variée comme on entend quasiment plus. L'une de mes musiques de film préférées.

Et comme si cela ne suffisait pas, le compositeur James Horner (Titanic, Le Nouveau Monde, Avatar) a su - grâce à des thèmes épiques à souhait - donner le souffle nécessaire aux images pour leur insuffler une véritable force émotionnelle.

fantasy,cinéma,vidéo,krull,james horner

Le Glaive, une arme légendaire que seul l'Elu peut trouver et utiliser. Mais cela suffira-t-il à défaire la Bête, le grand méchant du film ? Si Lyssa joue les princesses en détresse pendant tout le film, elle se montre assez ferme vis à vis des tentations de la Bête et surtout sa présence aux côtés de Colwyn sera indispensable à sa victoire et ce d'une manière plutôt originale.

Il faut ajouter aussi que malgré sa moindre popularité, le film a bénéficié de moyens conséquents et de l'implication de vétérans comme Vic Armstrong (la saga des James Bond) aux cascades. Les chevaux vedettes du film - qui n'avaient pas été montés depuis des siècles - ont d'ailleurs bénéficié d'un entraînement particulier.

Le tournage s'est effectué dans les mythiques studios de Pinewood (la saga des James Bond).

La suprise vient essentiellement du choix du réalisateur, puisque Peter Yates est plus habitué au réalisme avec des films policiers comme Bullitt et Suspect.

fantasy,cinéma,vidéo,krull,james horner

Liam Neeson, alors inconnu, incarne un voleur cupide, mais attachant, comme tous les personnages du film. Et comme tous les alliés de Colwyn, il manifestera son soutien au jeune Roi le moment venu.

Si la plupart des acteurs ne feront plus jamais parler d'eux, deux d'entre eux cependant viendront à connaître une popularité certaine : Robbie Coltrane (Hagrid dans Harry Potter) et Liam Neeson qu'on ne présente plus.

Une pareille somme de talents ne pouvait accoucher d'une oeuvre insipide.

Résultat : on est littéralement transporté dans un autre monde (sorte de moyen-âge futuriste) et on suit avec un plaisir croissant les aventures de ce jeune roi parti à la recherche de sa dulcinée prisonnière et qui croisera sur son chemin de nombreux compagnons dont la personnalité et la valeur rendront cette périlleuse quête riche d'amitié et d'enseignements de toutes sortes.

A chacun son destin !

 

 

T’as aimé…ou pas

T’as tout lu, tout vu, tout entendu…ou pas

Peu importe, post un com et like la page pour dire que tu existes car ton avis est important pour moi, mais aussi pour le futur de ce blog, un gros merci d’avance !

Écrire un commentaire