Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 22 juillet 2015

Dream House [Cinéma/Critiques]

dream house, thriller, drame, fantastique,

Will Atenton quitte son emploi d'éditeur pour retrouver sa femme et ses deux filles dans une maison pittoresque au coeur d'une paisible bourgade. Mais la bourgade et en particulier la demeure cache un passé douloureux connu de tous qui va lentement resurgir jusqu'à bouleverser l'existence de la famille.

Ma critique sera volontairement concise afin de vous épargner le moindre spoil assassin. A ce titre, je vous déconseille, non je vous interdis de voir la bande-annonce qui vous révèle carrément l'une des plus grosses révélations du film (à ce niveau c'est un crime !).

Avec un cinéaste de renom comme Jim Sheridan  aux commandes (My Left Foot, Au Nom du Père, Brothers), connu pour son cinéma exigeant, dramatique, humain, Dream House promettait beaucoup évidemment. Malheureusement, comme c'est régulièrement le cas à Hollywood, le tournage n'a pas été une partie de plaisir (plutôt un bras de fer) et Jim de finir par jeter l'éponge face au refus des producteurs de lui laisser le champ libre. Au final, Dream House est-il un mauvais film comme on peut le lire un peu partout sur le net ? Et bien j'ose dire que non et j'irais même jusqu'à vous le recommander chaudement (non pas de bande-annonce !!!)

Tout d'abord parce que c'est l'occasion pour Daniel Craig (Cowboys et Envahisseurs, Casino Royale, Skyfall) de casser son image de héros indestructible, de nuancer davantage son jeu et d'incarner ainsi un personnage complexe, très complexe, l'une des forces de cette histoire qui je vous le dis tout de suite est à mille lieux de celle qu'elle paraît être de prime abord. (oui, mon résumé ressemble à des tas d'autres).

Si vous être cinéphile, il est vrai que Dream House vous fera sûrement penser à d'autres films, des classiques, mais qu'importe, l'angle de vue demeure très original et le sujet même ainsi mis en scène délivre une émotion très forte, rare, qui permet en outre de marier différents genres d'une manière inédite.

Il manque sans nul doute de la profondeur dans certains personnages, de la matière à différents endroits, de la richesse dans l'écriture et la mise en images, la preuve d'un projet qui a souffert du départ d'un réalisateur intègre et investi, mais Dream House a su malgré tout conserver une identité forte et si pour vous un bon film est avant tout une bonne histoire alors foncez, vous ne serez pas déçu ! (non toujours pas de bande-annonce, je vous ai à l'oeil !!!)

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Commentaires

Pour ma part, j'avoue me montrer peu soucieuse du nom du réalisateur lorsque j'opte pour un film, je trouve que ce critère influence pas mal notre jugement : si c'est un cinéaste qu'on aime peu, on va partir avec de mauvais a prioris ; si au contraire on l'adore, on sera déçu dans 60% des cas. Je prends donc le parti de ne pas y faire trop attention avant de découvrir le film en lui-même, j'avoue être plus sensible au jeu des acteurs qu'à la notoriété du réalisateur.

J'ai apprécié ce film, vu deux fois, et ce n'est pas de trop pour comprendre toute l'histoire. Je l'ai envisagé sous un angle auquel je n'aurais même pas songé lors du premier visionnage. A ce titre, cela ne m'étonne donc pas qu'on le compare à certains classiques (notamment un, qui n'a finalement rien à voir quand on prend le temps d'analyser les deux) si on ne comprend pas vraiment de quoi il en retourne. Pour moi, un film repose en grande majorité sur l'histoire en elle-même, et je n'ai pas été déçue !

Par contre, Daniel Craig avait déjà un peu cassé cette image de "gros dur" dans Les Insurgés, que j'avais beaucoup aimé également, dans un tout autre genre : https://www.youtube.com/watch?v=z0HnXYZJrII

Écrit par : Elo | jeudi, 23 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Daniel Craig a effectivement cassé cette image à plusieurs reprises, également dans son premier James Bond Casino Royale où je trouve qu'il a une palette intéressante car la psychologie de son personnage se dévoile jusqu'aux dernières minutes du film.

Écrit par : Greg Armatory | jeudi, 23 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Oui, d'ailleurs je m'étais promis d'aller commenter ta critique ! ;)

Écrit par : Elo | jeudi, 23 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire