Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 09 mars 2013

Tomb Raider [Jeux Vidéo/Critiques]

1355164962_Official-Tomb-Raider-2013-Box-Art-jeuxcapt.jpg

LARA TOMBE DE HAUT

Un reboot qui a fait couler beaucoup d'encre et qui fait aussi couler beaucoup de larmes et de sang. Lara Croft dévoile enfin les origines de son formidable instinct de survie et son goût prononcé pour les ruines antiques.

Il est un fait que la saga, aussi intéressante soit-elle, commençait à tourner un peu en rond. Exotisme, escalade et énigmes, oui, mais à part ça... Crystal Dynamics est alors chargée de dépoussiérer le mythe en offrant une nouvelle et surtout première aventure digne de ce nom tout en faisant table rase des anciens opus puisque cet épisode se déroule à notre époque. Un choix évidemment dicté par la volonté de séduire la nouvelle génération. Mais le jeu entier va finalement être développé dans cette intention. Pour le pire ou pour le meilleur ?

Cela dépendra évidemment du joueur que vous êtes et de votre attente. Car il est indéniable que ce Tomb Raider joue la carte du grand spectacle façon Hollywood. Le hic, c'est que ce n'est pas la meilleure face d'Hollywood, plutôt celle qui emploie sans vergogne les grosses ficelles, les clichés, les personnages insipides et l'histoire qui se veut riche et passionnante, mais qui au final ne fait que mixer des ingrédients venus de toutes les séries B (Z ?). 

Voilà une image qui résume parfaitement ce Tomb Raider tant vous la verrez au cours du jeujusqu'à l'écoeurement ! Le mot Tomb de Tomb Raider trouve ici un nouveau sens puisque Lara passe son temps à chuter.

Lara et Tomb Raider méritaient évidemment un meilleur traitement. On se lasse très vite de voir l'héroïne glisser, tomber de plus en plus haut, se faire mal, se soigner, se faire capturer, s'échapper. Un mauvais feuilleton aux rebondissements risibles au début, mais vite irritants tant ils sont répétitifs et prévisibles. Beaucoup trop de personnages viennent polluer l'aventure, qu'ils soient alliés ou ennemis, personnages qui n'ont même pas l'excuse d'être charismatiques. La solitude de Lara n'est donc décidément plus au goût du jour.

Car Lara lâchée seule sur une île déserte, découvrant sa nature, son destin, on y croyait pourtant énormément. La digne naissance d'une icône est hélas abandonnée au profit des nouveaux standards du marché. Si le personnage bénéficie d'une animation très convaincante et se prend rapidement en main et avec plaisir tout le long du jeu, si les environnements ont bénéficié d'un soin évident afin de rendre l'immersion totale, on peine à ressentir la moindre émotion et l'identification avec le personnage ne se fait pas faute de subtilités et de profondeur. Les dialogues sont basiques au possible et Lara débite parfois son texte sans le ton approprié. Ce n'est pas un jeu fait autour de Tomb Raider, mais un Tomb Raider qui a été fait pour un certain type de jeu et de joueurs, où l'exigence est clairement passée à la trappe.

Si cette scène vous a fortement rappelé Le Monde Perdu de Spielberg, dites-vous que c'est normal. Car si Lara Croft est une pilleuse de tombes accomplie, le studio Crystal Dynamics, lui, est passé maître dans l'art de piller le 7ème art, avec une préférence pour les poncifs les plus usités.

RAIDERS OF THE LOST ARC

On apprécie quand même de pouvoir explorer comme on le veut les zones découvertes et d'y revenir à loisir. On apprécie aussi l'arc très polyvalent et le gameplay dans son ensemble si on exclut une roulade maladroite (puisqu'en deux temps), une furtivité scriptée et des QTE pas forcément trop nombreux, mais nuisibles quand même au plaisir de jeu, certains, comme ceux avec les loups, semblant tout droit sortis d'Assassin's Creed III. On s'étonne de voir un gameplay assisté parfois tellement qu'on croirait le jeu destiné aux plus jeunes alors qu'à d'autres moments une difficulté exacerbée vient nous surprendre sans qu'on comprenne pourquoi. Sans oublier la violence (gratuite) de certaines scènes qui le réserve évidemment à un public adulte. Difficile de comprendre ce qu'ont voulu faire les développeurs, et tout aussi difficile de défendre leur vision pour le moins bancale.

On ne trouvera finalement de réel plaisir qu'une fois le scénario bouclé, en revenant dans chaque zone débloquée pour explorer minutieusement le moindre recoin à la recherche des nombreux items, défis et quelques tombes secrètes, en utilisant pour ce faire les armes et outils upgradés au maximum. Alors seulement, le jeu retrouve une seconde vie et le joueur l'essence de la saga.  En effet, une fois la narration laborieuse relayée au second plan, le mode libre nous fait vivre les vraies sensations, avec une Lara Croft enfin seule face à un level design fouillé et parfois tortueux à souhait (Les Bidonvilles, La Plage). L'aspect contemplatif reprend le dessus et avec lui le sentiment qui nous étreignait dans les anciens opus. Une façon comme une autre de renouer avec l'esprit Tomb Raider autrement sacrifié sur l'autel de la modernité et aussi et surtout du mercantilisme.

Faute d'avoir su trouver l'inspiration véritable, le studio a pondu un jeu d'action/aventure répondant abusivement aux nouveaux critères en vigueur, mais assurément pas l'écrin qu'on était en droit d'attendre et d'espérer pour le retour et surtout la naissance de l'aventurière. Et ce n'est pas quelques clins d'oeil plutôt vains qui suffisent à apporter la symbolique et les références qui manquent cruellement au titre pour mériter son appartenance à la série. Au final un baptême du feu aux allures de cruelle immolation. Reste la possibilité avec de la patience et de la volonté de découvrir sous ce vernis rébarbatif, un autre jeu beaucoup plus intéressant, une fois le monde semi-ouvert poussé dans ses retranchements.

Sinon on pourra toujours se consoler en rejouant à Far Cry 3 qui, pour le coup, aurait été un meilleur modèle pour Tomb Raider (comme par exemple offrir de vraies récompenses) qu'un mix de Uncharted et Gears of War.

A noter que pour couronner le tout, Microsoft n'a même pas été fichu d'intégrer la version originale du jeu comme sur PS3 que ce soit à la sortie ou via une mise à jour gratuite. Par contre les packs payants, ça, y en  a !

La mémorable séquence d'intro de Tomb Raider Underworld qui illustre parfaitement ce que Crystal Dynamics a fait de l'esprit Tomb Raider avec ce reboot : un sabotage !

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Commentaires

Finalement tu n'auras pas pu résister à la tentation de le tester !!! lol

Écrit par : Hervé | samedi, 09 mars 2013

Répondre à ce commentaire

non mais je le paye cher et je parle pas en terme d'argent ! lol

Écrit par : Greg Armatory | samedi, 09 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Je suis assez d'accord avec ta critique, surtout que tu sembles apprécier ce que j'appelle le "vrai" Tomb Raider à savoir les opus Core Design. Le jeu a effectivement tous les travers des blockbuster JV actuel.

Cela étant dit, et bien que ça soit regrettable parce que j'aime aussi les vieux TR, je trouve que l'expérience globale considérant que c'est un jeu pop corn est bien foutue, efficace dans son domaine.

Je veux dire sur ce type de jeu, je crois que TR est ce qu'on peut faire de plus abouti. Bien entendu, je lui préfère des trucs comme les Batman Arkham mais même si ce sont de grosses productions, c'est un peu moins blockbuster et plus jeu vidéo. Mais malheureusement, ce genre de titres et les trucs plus hardcore comme Demon's Souls sont en voie de disparition j'ai l'impression. C'est un vaste débat que tu pointes en fait dans ton article, des choses auxquelles je pense aussi beaucoup. :)

Écrit par : Emmanuel | mercredi, 10 avril 2013

Répondre à ce commentaire

salut, merci beaucoup d'avoir partagé ton propre point de vue.
Je suis pourtant loin d'être un hardcore gamer, ce n'est pas véritablement le challenge ou la difficulté que je recherche en priorité, mais une certaine forme de plaisir de jeu qui ne soit pas centrée sur le "je t'en mets plein les yeux" et autres artifices peu subtils. Je recherche une forme d'immersion pure qui ne soit pas "assistée". On a l'impression que de peur que le joueur s'ennuie, il faut solliciter ses sens en permanence. Mais il est primordial que le joueur doive aussi se projeter de lui-même dans l'univers en faisant appel à sa sensibilité. Les studios et certains joueurs privilégient les sensations au détriment des émotions. C'est une erreur. Il faut un équilibre subtil des deux. C'est pas toujours évident, mais c'est important.
En fait ce type de blockbusters serait beaucoup plus appréciables s'ils étaient moins fréquents, moins mis en avant, comme au cinéma d'ailleurs.

Écrit par : Greg Armatory | mercredi, 10 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Complètement d'accord avec toi sur le fait que ce type de jeux sont désormais beaucoup trop fréquent, c'est même la norme et c'est assez problématique parce que la jeune génération de joueurs va finir par perdre la notion de ce qu'est un jeu vidéo. C'est à dire un langage qui n'est pas similaire au cinéma.

Heureusement que cette génération a vu aussi beaucoup d'excellents RPG aussi bien occidentaux que japonais et aussi beaucoup de jeux hybrides comme Borderlands (FPS/RPG) ou des trucs comme Batman ou Darksiders. Du coup, moi qui suis un fan de RPG avant tout, je suis super content ^_^

Écrit par : Emmanuel | jeudi, 11 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Oui ce sont de bons jeux je suis également très fan de ce type de jeux et d'une manière générale des jeux en monde ouvert (il n'y qu'à voir mon top xbox 360 lol)
D'ailleurs j'ai commencé récemment Darksiders 2 qui rappelle étrangement et agréablement les anciens Tomb Raider dans ses phases de Plateforme et d'énigmes

Écrit par : Greg Armatory | jeudi, 11 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Il faut prendre ce jeu pour ce qu'il est: un actionner mode no brain, teinté d'une touche RPG. Il est clair que pour une simple débutante, voir Lara tuer des hordes de pas-beaux à elle toute seule fait sourire, surtout pour la cohérence complètement à la rue. Pourtant, ce titre est une très bonne récréation, surtout entre 2 RPG.

Écrit par : Flikvictor | jeudi, 23 janvier 2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire