Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 17 septembre 2012

Le Bon Gros Géant [Fanfics/Skymelott] Saison 1-Episode 5


Les chevaliers de Kaamelott doivent intégrer temporairement un groupe de bandits afin de s’assurer qu’ils possèdent un Parchemin des Anciens capable de les renvoyer chez eux.


Un camp de bandits non loin de Blancherive.
Plusieurs hommes patibulaires s’affairent autour d’une charrette. Ils se mettent tous en alerte à la vue de trois visiteurs.


Léodagan :
- Salut, on vient s’enrôler. Vous êtes pas contre un peu plus de main d’œuvre ?
Perceval :
- Vous inquiétez pas. On est pas gourmand. On demande rien.
Karadoc :
- Juste la becquetance, quoi !
Un type en armure de fer, le visage couvert de cicatrices, les lorgne avec dédain :
- Vous croyez qu’on rentre chez nous comme dans un moulin.
Perceval hausse les épaules :
- Alors là je saurais pas vous dire, je suis jamais rentré dans un moulin. C’est pas faute d’avoir essayé vu que j’habite une ferme, mais figurez-vous qu…
Léodagan :
- On sait que vous êtes pas un club de ballerines. Mais faut savoir aussi qui vous avez en face. Parce que nous, on est pas des manchots du dimanche, on se cure pas les chicots avec notre épée en attendant que l'or tombe du ciel. On est des vrais tueurs, on tranche dans le vif sans état d'âme.
Karadoc :
- En plus, questions techniques de pointe, alors là je peux vous dire qu’on est même la cerise sur le gratin.
Le chef regarde ses hommes, perplexe, avant d’ajouter tout sourire :
- Ok. On va voir ce que vous valez. Ramenez-moi la tête d’un géant et j’examinerai votre proposition avec le plus grand intérêt.
Perceval et Karadoc pâlissent.


Les trois chevaliers marchent dans l’immensité de la plaine.
Perceval :
- Merde ! La dernière fois qu’on a approché un géant on a failli y rester.
Léodagan étale un sourire tout en faisant un moulinet avec sa hache de guerre.
- Oui, mais c’est normal, j’étais pas avec vous. Un géant c’est jamais qu’un gus qu’a trop forcé sur la soupe.
Karadoc se fige :
- Tenez quand on parle du loup !
Perceval :
- Je vois pas de loup par contre je crois bien qu’un géant se radine par ici.
Les deux compères se cachent derrière Léodagan.
- Je sais pas pourquoi, mais je sens que c’est encore bibi qui va récolter tous les lauriers
Il s’avance hardiment vers le géant :
- Eh, grand machin, il parait que t’es une terreur. Mais bon faut voir. T’as peut-être jamais rencontré un adversaire à ta taille.
Quelques secondes plus tard, Léodagan atterrit violemment face contre terre dans un nuage de poussière.
Perceval l’aidant à se relever :
- On vous avait prévenu. Non seulement il est grand…
Karadoc :
-…Mais il est pas manchot.
Léodagan pousse un grognement.
- Justement, je vais remédier au problème.
Il s’élance sauvagement, la hache levée au-dessus de sa tête.
Karadoc :
- Il va droit au casse-pipe, là ! Faut faire quelque chose !!!
Perceval soupire et commence à dégainer son épée.



Dans la grotte qui sert de repaire aux chevaliers, Arthur est occupé avec Lancelot à examiner des armes fraîchement acquises.


Lancelot :
- Sont pas manchots les forgerons de Bordeciel.
Arthur :
- Peut-être, mais y a une lame qu’ils sauront jamais faire.
Il tire fièrement son épée de son fourreau. Son visage grimace lorsqu’il s’aperçoit qu’il s’agit d’une vieille lame toute rouillée.


Perceval :
- Merde, c’est Excalibur !!!
Karadoc :
- Qu’est-ce que vous foutez avec l’épée d’Arthur ? Il vous l’a prêtée ?
- Non, on a dû échanger nos armes par erreur.
- Vous parlez d’un coup de pot. Avec Excalibur, on a peut-être une chance de lui clouer le bec à ce géant.
Le géant s’apprête à écraser sa massue sur Léodagan lorsqu’il aperçoit Perceval. Brusquement, il laisse tomber son arme et s’approche, aussi inoffensif qu’un lapin.
Léodagan bombe le torse :
- Et bien on dirait qu’il a compris à qui il avait affaire !
Son regard s’attarde ensuite sur la massue titanesque. Ses yeux se mettent alors à briller.
Terrifié, Perceval recule tout en brandissant l’épée magique.
Karadoc :
- On dirait qu’il est hypnotisé !!!
Perceval :
- Par moi ?
- Alors là je saurais pas vous dire.
Voyant le géant se rapprocher, les deux compères détalent. Ils tombent nez à nez avec le chef des bandits et ses hommes.
- J’aurais parié que vous reviendriez bredouille. J’ai vu tout de suite que vous aviez pas l’étoffe et surtout les…
Perceval :
- Si on vous ramène le géant en entier, ça compte ?
- Quoi ? Massacrez-moi ces imposteurs, ce sont sûrement des espions à la solde du Jarl !
Les bandits font cercle autour des deux chevaliers. Ils tirent leurs épées, mais avant d’avoir pu faire un pas de plus, le géant les écrase tous d’un seul bond.
Le chef n’en revient pas. Il articule péniblement :
- Vous… avez… apprivoisé… un… géant ?
Perceval :
- Je vous dirais bien que oui, mais je sais pas ce que ça veut dire apprivoisé.
Le bandit est sur le point de mettre les voiles, mais une énorme massue l’envoie tutoyer les nuages.
Léodagan :
- C'est vrai, c'est artisanal, mais franchement c’est du bon matos.
Il regarde le géant comme un enfant qui aurait découvert un nouveau jouet :
- Je peux la garder ?
Le géant lui dédie un grand sourire, exhibant une dentition très incomplète.
Karadoc :
- Apparemment, il s’en sert aussi de cure-dents !



Léodagan, Perceval et Karadoc reviennent de leur mission.
Arthur, nerveux autant qu'impatient :
- C’est vous qui avez pris mon épée ?
Perceval penaud lui redonne Excalibur.
- Désolé, Sire. C’était un accident.
- Et sinon, pour la mission ?
Léodagan :
- Ils avaient pas le parchemin avec eux. Pour tout vous dire on l’a joué très fine au début, comme vous vouliez qu’on fasse, mais après ça s’est pas vraiment passé comme prévu.
Arthur commence à taper du pied :
- Mais encore ?
Léodagan pince les lèvres.
- On a une bonne et une mauvaise nouvelle.
- Bon, commencez par la mauvaise.
- On va être obligé de déménager.
- Quoi ? On commençait tout juste à prendre nos aises. L’organisation était au poil !!!
Il croise les bras sur sa poitrine en signe de mécontentement :
- Vous vous êtes fait repérer, c’est ça ?
Perceval
- Oui, mais non, enfin c’est pas ça…
Léodagan :
- On a recruté un acolyte. C’est d’ailleurs ça la bonne nouvelle.
- Quel rapport ? Il aime pas les grottes ?
- Disons qu’il est…imposant dans son genre.
Arthur tout guilleret :
- C’est le chasseur de dragons ? Vous avez réussi à le convaincre de nous rejoindre ?
Léodagan :
- Non, mais…sortez, vous verrez par vous-même.
Arthur quitte la grotte. Devant l’entrée, le géant sourit comme un gosse en reconnaissant Excalibur dans les mains d’Arthur. Lorsqu’il voit le géant, Arthur ouvre de grands yeux et tombe comme une mouche.


Tandis que les chevaliers entourent le corps inanimé d’Arthur et que Merlin s’affaire à le réanimer avec un onguent, Perceval console le géant qui pleure comme un enfant.
- T’inquiète. Moi aussi au début je lui faisais cet effet. Et puis, maintenant on est les meilleurs amis du monde. Enfin je crois.

 

Ca vous suffit pas ? Tous les épisodes de la saison 1 : ICI

 

T’as aimé…ou pas

T’as tout lu, tout vu, tout entendu…ou pas

Peu importe, post un com et like la page pour dire que tu existes car ton avis est important pour moi, mais aussi pour le futur de ce blog, un gros merci d’avance !

Commentaires

Je suis mort de rire mais au boulot et crois-moi c'est très dur à contenir looool.
Non seulement elle est trop drôle, mais en plus tu as fait exactement ce que je te conseillais sur la nouvelle d'avant : crédibiliser les débiles (répête ça très vite plusieurs fois pour voir lol). Décidément, on est et on restera sur la même longueur d'ondes !!! Associer le duo Perceval/Karadoc au bon gros bourrin de service, j'ai nommé Léodagan, quel coup de maître ! Ca me rappel quand Astier avait associé Léodagan avec Bohort (un très bon épisode celui-là).

Bref, comme d'habitude, une pure réussite !!!

Écrit par : Hervé | mercredi, 03 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire