Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 juillet 2018

Les Aventures Extraordinaires de Captain Spirit [Jeux Vidéo/Critiques]

http://n-gamz.com/wp-content/uploads/2018/06/les-aventures-extraordinaires-de-captain-spirit-test-logo.jpg

Retour réussi en Enfance

Pour le pire et pour le meilleur

Connu pour Remeber Me, Life is Strange, et plus récemment Vampyr (que je suis très curieux de découvrir), le studio Dontnod (oui c'est un palindrome) a eu la gentillesse de nous proposer gratuitement un spin-off de Life is Strange à télécharger.

Si Les Aventures Extraordinaires de Captain Spirit a sa propre identité il permet clairement de teaser Life is Strange 2 puisque Chris, le héros, fait partie du même univers et sera jouable dans cette suite. 

Frustrant évidemment étant donné la fin présentée et sachant qu'on ignore encore quelle importance aura Chris par la suite.

Mais moi qui ne connaissais pas cet univers, je suis totalement séduit.

On est clairement dans du point and click en environnement 3D ouvert (c'est déjà bien), genre auquel je suis peu familiarisé et pas très amateur de par sa rigidité.

Heureusement, la simplicité du gameplay, qui au départ perturbe le joueur habitué à jongler avec tous les boutons de la manette pour une orgie d'action, va rapidement être apprivoisée grâce à un remarquable travail d'écriture et de mise en scène qui va justifier totalement cette délicieuse sobriété. 

Ce qui est très fort c'est qu'on s'identifie rapidement à Chris, grâce à lui on retombe directement en enfance, quand notre imagination rythmait notre quotidien, autant pour simplement s'amuser, s'occuper que pour oublier les problèmes et notre impuissance à les résoudre (ça marche d'ailleurs toujours une fois adulte, les jouets ont juste changé).

http://cdn1-www.playstationlifestyle.net/assets/uploads/2018/06/082118-555x312.jpg

Chris et son père, une relation d'amour/haine. Quand les problèmes des parents créent les problèmes des enfants.

Les actions (que l'on choisit et dans l'ordre que l'on veut) font de nous autant le héros que le metteur en scène si bien qu'en vertu d'un gameplay épuré au maximum, on se sent étonnamment libre.

Tout est revu sous une autre échelle. Habitué à parcourir des mondes ouverts immenses, j'ai pourtant adoré fouiner dans une simple maison à la recherche de secrets sur Chris, son père et sa mère. D'autant que, et c'est un autre point fort, selon nos découvertes notre perception du père va s'altérer influençant nos futures actions, nous permettant de ce fait, suite parfois à un geste complètement anodin mais plein de sens pour Chris, de trouver un objet important qui nous serait complètement passer sous le nez autrement. Objet grâce auquel notre perception du père sera encore une fois modifiée.

Et puis le simple fait de sortir de la maison pour gambader au dehors dans la neige fait figure de grandes aventures, comme lâché en pleine nature, alors qu'on fait rapidement le tour de la cour. Mais chaque possibilité d'exploration et de trouvaille prend une dimension incroyable dans la peau de Chris qui n'a que 10 ans. 

https://gameplay.tips/uploads/posts/2018-06/1529950824_the-awesome-adventures-of-captain-spirit.jpg

Chris peut utiliser ses super pouvoirs à certains moments choisis par le joueur. C'est beau l'imagination, c'est gratuit et c'est sans limite. Comment ne pas en abuser ?

La narration scriptée est très intelligemment intégrée au jeu et nous offrent à des moments judicieux de véritables instants contemplatifs et cinématographiques à souhait (encore une fois qu'on peut interrompre à tout moment pour parfaire notre émotion), sublimant encore davantage les personnages et l'atmosphère grâce aussi à une BO en adéquation.

Tant que l'on ne réveille pas le père de Chris, on peut jouer à loisir, mais même une fois la fin découverte, le jeu vous ramène en arrière afin que vous puissiez compléter les objectifs de Captain Spirit et par la même occasion expérimenter des choix différents.

Les défauts sont peu nombreux au final. Techniquement, c'est très épuré, très propre et agréable, mais les visages manquent d'expressivité parfois et certaines textures apparaissent pixelisées (nos traces dans la neige). Le plus gros souci : la gestion de l'inventaire dont on ne nous rappelle pas le fonctionnement. A part l'afficher en haut à droite de l'écran, impossible de faire autre chose. Problématique.

Avec ce jeu et la démo de Detroit : Become Human de David Cage (dont je parlerai peut-être car elle le mérite aussi) me voilà enfin prêt visiblement à me lancer dans des aventure vidéoludiques plus à même de me faire vibrer la corde sensible et je m'en réjouis !

https://i.imgur.com/cNrZOa4.png

L'incontournable cabane dans le jardin !

J'ai enfin de nouveau ressenti de l'émotion dans un jeu et ça fait beaucoup de bien car c'est quand tous les aspects d'un jeu vidéo sont maîtrisés qu'on se rend compte à quel point ce média, cet art en l'occurrence peut avoir un impact puissant et durable sur l'esprit : la fusion d'un film, d'un livre et d'un jeu.

Bon c'est pas tout ça, mais en tant Captain Spirit j'ai encore du boulot : finir mon costume, trouver encore quelques secrets sur mon père, traverser le Labyrinthe de la Mort, vaincre quelques monstres et trouver comment jeter des boules de neige dans les vitres.

Et accessoirement révéler à ma chère voisine que mon père est bourré du matin au soir et peut avoir la main lourde. Dur dur d'être un enfant...

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Écrire un commentaire