Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 28 juin 2018

Objecteur de Croissance [Société/Jeux Vidéo/Cinéma]

Objecteur de Croissance

En parlant du réchauffement climatique ainsi que d'autres conséquences catastrophiques liées au problème de la croissance aveugle, ce youtubeur, également gamer, est parvenu naturellement à  parler de ce que coûte aussi la technologie du jeu vidéo et à quel point la course au progrès dans ce domaine nuit à l'avenir de notre société et de notre planète.

Sujet plus que jamais d'actualité alors qu'on parle de plus en plus de la prochaine génération de consoles en sachant que l'actuelle n'a même pas dix ans. 

A défaut d'être rassurant, il est édifiant et donc indispensable !

Il est un fait que l'être humain court droit à sa perte en voulant à tout prix :

- bénéficier toujours de la meilleure technologie (qui se renouvelle de plus en plus vite)

- préserver son confort de vie (qui coûte de plus en plus cher à la planète)

- se reproduire pour laisser un héritage de lui-même sur cette terre.

Mais quel héritage pourra-t-il bien laisser, en dehors d'un avenir bien sombre, à des enfants qui participeront eux-mêmes, sans l'avoir décidé, à l'extinction de leur espèce et de leur monde en le sur-peuplant davantage et en le vidant encore un peu plus de ses ressources naturelles ?

https://img3.elleadore.com/var/elleadore/storage/images/4/5/45874/535252-1/Seven-Sisters-sort-aujourd-hui-au-cinema_exact1024x768_l.jpg

Le lien est tout trouvé pour parler du film Seven Sisters que j'ai revu récemment avec grand plaisir, un excellent film d'anticipation qui tout en nous offrant un solide divertissement porté par une Noomi Rapace (l'héroïne de Millenium) au talent démultiplié, pose la question de la surpopulation de manière plus subtile qu'il n'en a l'air.

Car si les méthodes du personnage de Glenn Close apparaissent pour le moins radicales, il est un fait que ce qui pourra sauver l'humanité (le mérite-t-elle ? c'est une autre question) est sans doute une solution brutale qui bouleversera nos habitudes et ne fera donc pas l'unanimité. Le temps étant plus que jamais compté, en prendre encore et toujours pour éviter tout sacrifice, ne revient-il pas à une condamnation pure et simple ?

Et si l'on commençait par voir certains sacrifices comme des libérations, afin de changer les choses à notre échelle, afin de choisir la décroissance et non la subir.

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Commentaires

Sujet que l'on retrouve aussi un peu dans Westworld, pas encore par rapport à la surpopulation (mais dans le monde réel qui sait ?), mais avec la thématique des humains qui ont voulu toujours pousser la technologie plus loin. Et puis bien sûr le discours de Logan sur le fait que quoi qu'il arrive, les humains ne changeront jamais et répéteront 10 fois ou 1 000 les mêmes erreurs parce qu'ils sont trop simplistes. C'est un discours résigné et fataliste, mais c'est pas faux.
Après, est-ce qu'au quotidien on a vraiment tous envie de changer quelque chose à nos habitudes (moi y compris), je n'en suis pas si sûre. Donc à partir de là, advienne que pourra. ;)

Écrit par : Elo | jeudi, 28 juin 2018

Répondre à ce commentaire

oui on sait tous que notre passage sur terre est bref et à partir de là on ne pense qu'à soi, et l'avenir apparaissant de plus en plus pourri cela nous conforte paradoxalement à profiter encore plus de notre confort de vie, de la technologie et donc d'accélérer le processus de notre destruction. Si l'on subissait individuellement au quotidien les conséquences de notre aveuglement, cela ferait sûrement une différence, mais notre perception limitée et notre recul provisoire sur le monde nous offre une protection illusoire qui se retourne contre nous, qui au final fait plus de dommages que de bienfaits, à nous-même et à nos héritiers, qu'ils soient nos enfants ou pas.

Écrit par : Greg Armatory | jeudi, 28 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire