Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 29 avril 2015

The Internet's Own Boy [Vidéos/Docs]

Le 11 janvier 2013, Aaron Swartz mettait fin à ses jours dans son appartement new-yorkais, juste après avoir appris qu’il encourait 35 ans de prison. Son crime ? Avoir hacké le serveur de la plus grande université scientifique américaine, le MIT (Massachussets Institute of Technology), afin de rendre accessibles à tous les publications universitaires dont l’accès sur le net est payant aux Etats-Unis, bien qu’il s’agisse de documents appartenant au domaine public.
Sa mort a provoqué un choc aux Etats-Unis et un tollé sur la toile. Et pour cause : Aaron Swartz était l’une des figures du droit à l’information et de la protection des libertés civiles, un constructeur d’internet comme outil démocratique. Petit génie de l’informatique pris à l’adolescence sous l’aile de l’inventeur du World Wide Web, la liste des contributions d’Aaron Swartz à l’accès libre sur le net est impressionnante : il a co-créé le flux RSS, le site de partage Reddit, l’organisation Creative Commons (sans qui le copyright des œuvres sur le net ne serait pas le même), la première grande librairie virtuelle gratuite et Demand Progress, réseau social activiste qui regroupe 1,5 millions de militants. C’est avec ce réseau qu’il a pris la tête du combat contre la loi anti-piratage aux Etats-Unis, l’équivalent de la loi Hadopi en France. Il a contribué à faire passer ce projet de loi liberticide à la poubelle tout en dénonçant à tour de bras la surveillance du net, avant les révélations d’Edward Snowden sur les écoutes de la NSA. Charismatique et médiatisé, il rentre dans le collimateur de l’administration américaine qui veut en faire un exemple et requiert à son encontre des charges totalement disproportionnées…

Peu de temps avant sa mort, Aaron Swartz s’interrogeait sur cette question, plus que jamais d’actualité :

« D’un côté, internet c’est une liberté formidable et de l’autre, une atteinte catastrophique à notre vie privée, un moyen de nous espionner de contrôler ce que nous disons. Je pense que les deux aspects sont réels. Internet c’est tout ça et c’est dingue.

A nous de décider lequel des deux aspects va l’emporter sur l’autre à long terme. »

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Écrire un commentaire