Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 15 mai 2012

Le Parfum [Cinéma/Critiques]

49557282.jpg

Le roman de Patrick Süskind publié en 1985 a connu un succès phénoménal. On peut donc s'étonner qu'il ait mis autant de temps à être adapté en long-métrage. Heureusement, le résultat en images est à la hauteur de cette oeuvre singulière riche en émotions.

Jean-Baptiste Grenouille naît à Paris au XVIIIème siècle d'une manière qui marque déjà profondément l'esprit du spectateur (pour public averti). Dans cet environnement aussi crasseux que cruel, il ne doit littéralement sa survie qu'à son flair prodigieux. En effet, Grenouille est né Nez, autrement dit, les odeurs n'ont aucun secret pour lui : il peut les détecter d'aussi loin qu'elles se trouvent, les identifier, les dissocier et les analyser avec une précision inégalée. Ce pouvoir va conditionner son existence entière, le poussant à commettre des crimes sans la moindre once de remords. Son but ultime : concevoir le parfum parfait, ultime. Mais pour ce faire, il devra sacrifier nombre de femmes.

Paradoxalement, c'est un être qui dégage une rare innocence et l'on s'attache rapidement à lui et à sa destinée extraordinaire grâce au visage très expressif et à la performance de Ben Wishaw (Le Parfum, Bright Star, Cloud Atlas, Skyfall)

le parfum,patrick suskind,tom tykwer,ben wishaw

Dustin Hoffman (Sphere) campe le mentor de Grenouille lequel finira fatalement par inverser les rôles au vu de son prodigieux don.

Le défi de transposer le best-seller était grand car comment traduire le formidable don de Grenouille en images ? Le réalisateur Tom Tykwer (Cloud Atlas) a réussi de manière fort simple. Gros plans, zooms, et nous voilà plongés dans l'univers de ce véritable anti-héros dont le parcours autant que le pouvoir fascinent à plus d'un titre. L'histoire était déjà d'une originalité folle, mais elle ne perd rien de son intensité. Si la dernière partie peut surprendre, faire sourire ou même écoeurer, elle ne fait que rappeler finalement que le Parfum est une fable adulte dotée d'une dimension métaphysique.

A mi chemin entre film historique, thriller et film fantastique, le Parfum est une oeuvre fascinante, à voir absolument.

 

 

T’as aimé…ou pas

T’as tout lu, tout vu, tout entendu…ou pas

Peu importe, post un com et like la page pour dire que tu existes car ton avis est important pour moi, mais aussi pour le futur de ce blog, un gros merci d’avance !

Écrire un commentaire