Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 mars 2016

Le Chroniquer du destin [Nouvelles/Fantasy]

Le Chroniqueur du Destin

 Afficher l'image d'origine

- Tiens, c’est mon bâton de pèlerin. Je l’ai utilisé quand j’avais ton âge pour partir à La Roche au Roy, la Capitale de notre royaume.
Koil t’accompagnera jusqu’à La Tour, tu lui diras de revenir ici après. Ton oncle Bart n’est pas au courant de ta venue, mais il s’occupera de toi, aucune crainte. Même si nous nous voyons rarement, nous sommes restés en excellents termes.
Bastien ressentait une euphorie irrésistible devant la perspective de voler de ses propres ailes, de découvrir la liberté, de rencontrer d’autres personnes dans des lieux très différents de ceux qu’ils connaissaient depuis toujours.  Mais il ne pouvait aussi s’empêcher de penser à son père. Il représentait tout pour lui. Le quitter serait une forme de tragédie pour lui, sa première en quelque sorte puisque sa mère était morte en couches. Et puis il y avait un autre aspect de leur relation qui le préoccupait et qui le faisait culpabiliser malgré les efforts de son père pour le rassurer à ce sujet.
- Tu es vraiment certain que mon départ de la ferme ne doublera pas ta quantité de travail ?
Son père soupira en même temps qu’il afficha un sourire las qui se voulait réconfortant pour eux deux.
- On en a déjà parlé maintes fois. Je t’ai déjà dit que tu finis par me coûter plus que tu me rapportes. Dis-lui toi que c’est vrai !
Koil aboya deux fois ce qui sembla achever de convaincre Bastien.
Lorsque Bastien serra une dernière fois son père contre lui, il ne ressentit pas l’émotion qu’il espérait, sans doute parce qu’il n’était pas encore convaincu que c’était réellement le jour du grand départ.

Quand il quitta les abords de la ferme et qu’il jeta un dernier regard en arrière, il avait toujours cette impression de ne faire qu’un voyage d’agrément. Oui, il irait certainement voir Bart à La Tour. Peut-être pousserait-il jusqu’à La Roche au Roy dans un sursaut de courage, mais après ? Les terres et les possibilités étaient bien trop vastes pour lui seul. La liberté promise était d’une ampleur telle que son esprit ne pouvait encore la concevoir.
Et puis ses inquiétudes disparurent subitement lorsque la chaleur du soleil vint l’emmitoufler. Il contempla alors le ciel bleu, le chemin traversant la verte campagne et Koil qui semblait danser devant lui comme voulant partager sa joie et son destin. Et il se sentit vivant comme jamais. Il respira l’air, les effluves de fleurs, de feuilles et d’écorces, l’herbe encore humide de rosée. Il écouta les joyeux pépiements des oiseaux, admira les nuances de vert et de jaune des champs et des pâturages s’étendant à perte de vue avant de détailler les contours mystérieux d’une forêt dans le lointain où il s’imaginait déjà vivre de fantastiques aventures. Tout autour de lui, la nature semblait l’appeler, l’inviter à se perdre dans un avenir incroyable aidé en cela par son imagination plus que jamais débridée. Une barrière venait de tomber, le monde entier s’ouvrait enfin à lui et avec lui la promesse de vivre des expériences inoubliables.
Il commença à faire de grands gestes avec son bâton, s’imaginant pourfendre des gobelins, des orcs et pourquoi pas un dragon. Koil aboyait et sautait comme désireux de l’aider dans ses affrontements, concrétisant un peu plus son fantasme.
Ainsi occupé, il réalisa qu’il avait fait un bon bout de chemin en ligne droite et que la ferme était depuis longtemps hors de vue.
Il s’arrêta un instant, comme troublé par ce constat, puis un aboiement de Koil le ramena à la réalité. Et il s’élança de plus belle sur la route.

Il devait être midi lorsque sur sa gauche il remarqua la route, la grande, celle menant à La Roche au Roy. Deux possibilités s’offraient donc à lui. Cheminer sur la Grande Route pour atteindre d’autres lieux inconnus et peut-être la Capitale en guise de récompense ou poursuivre sur le chemin en direction du village de La Tour, là même où il était censé se rendre. Le fait que son oncle Bart ne l’attende pas l’encourageait à choisir la première direction, mais d’un autre point de vue le village de La Tour lui paraissait un but suffisamment périlleux pour un aventurier de son niveau. Il espéra trouver en Koil un secours au dilemme qui se posait à lui...

A vous de choisir !

 

Si vous aimez, vous aimerez peut-être :

 nouvelle fantasy,fée,drame

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Écrire un commentaire