Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 18 juillet 2015

Je déteste la lettre m [Société/Consommation]

Je déteste la lettre m

malbouffe,consommation

Et si Ronald n'était autre que CA !!!

Impossible de lui échapper tant elle fait désormais partie de notre quotidien, de notre environnement depuis déjà plusieurs décennies. 

Telle une valeur sûre,  implantée dans le monde entier, elle est un point de repère familier qui évoque pour la plupart d'entre nous quelque chose de foncièrement rassurant, à laquelle ont été associées des vertus aussi diverses que le confort, la chaleur, la sérénité, la convivialité, le ludique.

Et bien sûr, la bonne bouffe rapide.

Le monde peut s'écrouler, elle se dressera toujours fièrement telle deux mamelles généreuses pour étancher notre soif et apaiser notre faim.

malbouffe,consommation

C'est ce qui s'appelle les prendre au berceau !

Et puis si vraiment elle n'était pas une valeur aussi sûre, s'il y avait comme on dit anguille sous roche, on ne lui ferait pas autant de pub, elle n'aurait pas autant de partenaires de confiance (cinés, bus,...).

Même les citoyens, dans un grand élan de solidarité, ont pris l'habitude de promouvoir ses bienfaits avec leurs propres moyens, faisant appel à toute leur intelligence et sans même se concerter, afin que nul ne puisse les ignorer :

malbouffe,consommation

Image de faim du monde

Non, vraiment, il faudrait être de mauvaise foi pour critiquer une enseigne aussi fondamentale de notre société.

 

En lien :

Le Capitalisme : une prison pour notre esprit

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Commentaires

Bonjour, je crois que tu as raison, je n'y avais pas pensé, ces deux mamelles "jusqu'à plus soif" comme indiqué sur les gobelets. Les usines à mille vaches sévèrement dépassées. Cordialement.

Écrit par : laurent | samedi, 18 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

En réalité, je me sens plus choquée par la photo que par le pouvoir qu'a pris McDo. Si certaines personnes choisissent d'y adhérer, je ne pense pas qu'on puisse les obliger à ne plus y entrer ; par contre la nature, elle, n'a rien demandé à qui que ce soit et je trouve assez inadmissible de l'impliquer là dedans (c'est une photo que tu as prise ?)
Pour ma part, je suis bien sûr allée au McDo dans ma vie, comme tous les enfants on m'a fait plaisir en m'achetant le menu avec le petit jouet, puis j'y allais sur les aires d'autoroute avec mes parents lorsqu'on faisait une pause sur le chemin des vacances. Ceci dit, ça doit bien faire cinq ans que je n'y vais plus, et tant pis si ça me vaut de ne pas être invitée aux sorties des gens de ma promo parce que "je ne mange pas comme tout le monde" (si si). D'une part parce que niveau qualité et accueil, il y aurait d'autres choses à en dire, d'autre part parce que faire des hamburgers soi même est beaucoup plus sain et on sait ce qu'on y met dedans (même si j'en fais très rarement). Et puis bon, j'avoue que le monopole qu'on nous colle sous le nez à base d'affiches dans la rue, des pubs à la télé ou sur ordi et coupons pour fidéliser le client (sur les places de cinéma, notamment), ça me ressort un peu par les yeux. J'ai l'impression de voir McDo partout, tout le temps et de plus en plus, comme une sorte de bourrage de crâne.

Écrit par : Elo | samedi, 18 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

merci à vous deux pour vos commentaires éclairés. Moi la goutte d'eau ça été de voir systématiquement lors de mes balades des emballages comme sur la photo et les bus Fil Bleu partenaires alors qu'il aurait été tellement plus intelligent de promouvoir une alimentation plus écolo. Comme d'hab on fait de la pub pour ceux qui n'en ont pas besoin. Si encore c'était de la bouffe saine fabriquée dans de bonnes conditions. Il se rachètent une conduite depuis quelques années, ils ont même un site pour la protection de l'environnement. Mais ils ne trompent que ceux qui sont déjà trompés. On réalise que tout ça devient une philosophie entretenue, encouragée par les consommateurs : on fabrique vite et mal, on mange vite et mal, on débarrasse vite et mal. La malbouffe, le fast-food d'une manière générale (y aussi pas mal de détritus de kebabs dans la nature) pourrait être plus tolérable s'il n'impliquait qu'un choix alimentaire mais les dégâts collatéraux sont tellement importants d'un bout à l'autre de la chaîne que ça devient un crime général.

Écrit par : Greg Armatory | samedi, 18 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Et si encore il n'y avait que McDo, mais la restauration de ce type devient de plus en plus fréquente : KFC, Quick, Subway ...

Écrit par : Elo | samedi, 18 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

dire qu'à l'époque où je mangeais du poulet je commençais à me laisser doucement séduire par KFC. Ouf, je me suis réveillé à temps !

Écrit par : Greg Armatory | samedi, 18 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Tiens d'ailleurs, à ce propos, une bonne illustration qui m'est revenue à l'esprit en voyant ta référence à Pennywise : https://mrmondialisation.org/wp-content/uploads/2014/08/10509709_907982955884778_1570200415750964962_n.jpg

Écrit par : Elo | dimanche, 19 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Si je ne m'abuse c'est le clown de "ça", film (pas terrible, sauf le clown) tiré d'un livre (3 tomes) du même nom de Stephen King. Pas lu.

Écrit par : laurentrent | lundi, 20 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Ah, déjà dit, j'étais sur mon mail, vue après la chronique.

Écrit par : laurentrent | lundi, 20 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Lettre m, par analogie: Matrice adjointe (on y revient) d'une matrice complexe.

En mathématiques: Matrice notée M*, obtenue en formant la matrice transposée à la matrice donnée, notée M (le Maudit ?), puis en remplaçant chaque élément de la transposée par son cofacteur dans le déterminant correspondant.

Traduit: Sont de mèche, Mc Do, ferment exemplaire (idée de consommé, du coup en ses deux sens), à l'instar du discount (moins glamour), d'une servitude volontaire entraînant une paralysie de la réflexion, le but que l'on ne soit qu'un surgeon dans le grand rhizome souterrain ramifié de leur matrice cannibale. C'est le manque de sommeil, on s'emporte.

Écrit par : laurentrent | lundi, 20 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Alors je vais l'ouvrir en bon gros consommateur éclairé. Et oui, je l'avoue (et ceux qui me connaissent ne seront pas surpris), oh scandale je suis le roi de la mal-bouffe (mais bon j'assume sans problème je vous rassure : j'ai une philosophie de vie très "Carpe Diem"). Que se soit Mcdo, Quick, Kebab, Pizzas... je commence toutes les semaines à toutes les sauces. Est-ce que ça veut direr pour autant que j'adhère au système : PAS LE MOINS DU MONDE. Au contraire, je le réprouve. Mais bon, par fainéantise et par commodité (la plupart du temps, soyons un peu honnêtes), je continue de consommer de la mal-bouffe.

J'ai été particulièrement choqué quand Greg m'a fait découvrir le blog de défense de l'environnement orchestré par McDo. En plus à sa tête on y trouve quelqu'un qui porte le même nom de famille que moi (v'la la honte). Clairement McDo se fout de nous ouvertement et nous le fait savoir.

Par contre, il y a un amalgame que je retrouve dans plusieurs de vos commentaires : les déchêts McDo et autres enseinges dans la nature. ATTENTION, si l'on critique McDo, ok pas de souci mais on ne peut quand même pas les tenir responsables des crétins qui ne respectent rien ni personne et qui balancent tout et n'importe quoi dans la nature. Serions-nous moins choqué si l'on trouvait en masse dans la nature des emballages de bouffe bio ? Je ne crois pas. Ne mélangeons pas tout. D'un côté, il y a les grosses firmes de fast food et de l'autre, il y a les gros cons qui ne respectent pas mère nature. Moi je bouffe du McDo, ce n'est pas pour autant que je jette tous mes emballages hors d'une poubelle. Ah sacré Eugène, il doit se retourner dans sa tombe !

Pour le reste, je partage vos avis.

Écrit par : Hervé Smagghe | lundi, 20 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Et oui, simplement, les déchets n'ont pas une vie propre, non, sale en l'occurrence, et décident tout seul suicidaires qu'ils sont de se jeter n'importe où pour emmerder les écureuils. D'ailleurs du coup j'ai vu des écureuils bouffer Mac Do, alors, ne leur transmettez pas l'obésité, ils n'ont pas de secu, eux !

Écrit par : laurentrent | lundi, 20 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Pour ma part, mon commentaire n'était peut-être pas forcément clair, mais je ne sous-entendais pas que McDo était responsable des consommateurs qui jettent leurs déchets n'importe où : certains le font tout autant avec les sacs plastiques du marché lorsqu'ils vont acheter leurs tomates. Je disais simplement que j'étais quand même moins choquée par l'emprise publicitaire de l'enseigne que par la photo montrant que l'être humain s'acharne à détruire son environnement. Désolée si ce n'était pas évident à la lecture de mon commentaire, mais je dissocie bien les deux !

Écrit par : Elo | lundi, 20 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Pour ma part c'était clair, un photo emblématique du jeté quel qu'il soit et du manque de bons sens de nombre (un j'm'en-foutisme dégueulasse, destructeur voire morbide). Ah, salir (en toutes ses perceptions déclinaisons), parfois basse vengeance (consciente ou non) parce que soi même pressurisé, souvent au boulot, ça c'est la vraie théorie du ruissellement, loin de l'arnaque de la théorie économique. Enfin, surtout un sacré niveau de connerie en général, un film, bon, divertissant sur l'avenir et son exponentiel niveau de débilité si ça continue, "Idiocracie", pas sur du tout de l'orthographe.

Écrit par : laurentrent | mardi, 21 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

merci à tous pour vos réactions, qui me semblent toutes très claires et fondées, je me permets de fermer la discussion en disant simplement que dans mon article j'ai bien fait la distinction même si c'était de manière ironique. C'était un constat : les consommateurs ne font rien pour donner une bonne image de McDo et c'est comme si McDo laissait exprimer leur jemenfoutisme latent, heureusement tout le monde n'est pas aussi irresponsable, consommateurs de fast-food ou non.

Écrit par : Greg Armatory | mardi, 21 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire