Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 10 juillet 2014

La Cabane dans les Bois [Cinéma/Critiques]

Affiche_La-Cabane-dans-les-Bois.jpg

Cinq jeunes amis stéréotypés à mort vont passer un séjour dans une cabane près d'un lac histoire de faire des trucs de jeunes et éventuellement se faire massacrer les uns après les autres.

Joss Wheddon (Créateur de Buffy et réalisateur de Avengers) et Drew Goddar (scénariste de Cloverfield) décident de faire un film d'horreur. Il aurait donc été étonnant (et même criminel) de voir quelque chose de classique.

Classique, et même ultra classique, le film l'est pourtant... dans un premier temps seulement. Car on comprend progressivement, que le postulat de base du slasher lambda n'est là que pour mieux dynamiter et rendre hommage au genre illustré.

Le pari est globalement réussi grâce à deux trames qui se construisent en parallèle, l'une affectant l'autre régulièrement pour un final délirant et explosif foncièrement différent de tout ce qu'on a pu voir en la matière.

Pour autant, quelques bémols empêchent l'expérience d'être aussi mémorable qu'elle aurait pu l'être. Si dans la partie délibérément classique, on sourira aux effets prévisibles, le fait est que la mise en scène est rarement surprenante, se complaisant dans des clichés qui perdurent un peu trop alors qu'ils étaient destinés à être malmenés. Dans le même ordre d'idée, même en acceptant une certaine forme de liberté avec le réalisme (on est pas dans un drame intimiste !) plus d'une situation est clairement incohérente. Je ne peux pas tout dévoiler, mais pour citer un exemple, disons que certains personnages réapparaissent en faisant bonne figure alors qu'on les a vus se faire méchamment trouer la paillasse avant et il faut ajouter leur étonnante capacité à se remettre en un clin d'oeil de la mort violente de leurs camarades.

Ces défauts n'enlèvent pas la qualité principale du film, à savoir renouveler le genre, mais en terme d'émotions et même de peur tout simplement, on est quand même loin du grand huit. Ce n'est véritablement que dans la dernière partie du film que quelques séquences fortes visuellement nous donnent un petit frisson.

Ce qu'il y avait d'appréciable avec des films innovants comme Scream et Cloverfield, justement, c'est que le genre était renouvelé dans la forme et dans le fond sans négliger la dimension humaine et les liens des différents protagonistes. Ici, le ton est incontestablement plus léger, plus fun.

20092276.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Thor va-t-il survivre sans son marteau (et ses cheveux longs) ?

En conclusion La Cabane dans les Bois est une excellente surprise comme l'a pu être en son temps un certain Scream se servant intelligemment des stéréotypes du film d'horreur pour construire un nouveau standard.

A noter un excellent caméo en fin de film qui ravira les amateurs de fantastique et de SF...

 

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être aussi :

Scream13 fantômes Cube

 

 

Ce blog c'est pas juste un passe-temps
j'y bosse dur tous les jours
Je ne te demande pas d'argent
mais juste en retour
un petit commentaire
Ce sera mon salaire
C'est plus précieux que ça en a l'air

Écrire un commentaire