Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 20 octobre 2012

Entretien avec une Chauve-Souris

 

Harley pointait son fusil en direction du Manoir Wayne. Elle actionna la vision thermique. Elle repéra plusieurs corps inconscients à l'extérieur de l'édifice. Quelqu'un d'autre était déjà à l'oeuvre, marchant sur ses plates-bandes.
Elle déclencha le micro. Le salon était occupé par deux hommes en grande discussion. Dans le conduit de la cheminée, une troisième silhouette se tenait immobile, défiant le silence et la gravité. Harley jura. Le Joker l'avait laissée finalement partir seule en mission. Mais elle en avait payé le prix. Pas assez apparemment, puisque sa rivale se dressait à nouveau sur sa route. Une belle occasion de lui régler son compte.
Bruce et Alfred étaient assis chacun dans un fauteuil, face à l'âtre inactif en raison d'un automne clément.
Le majordome regardait son maître comme si c'était la dernière fois. A raison.
- J'imagine que je ne pourrai pas vous faire revenir sur votre décision.
Bruce noyait ses derniers relents de doutes et de regrets dans un verre de Whisky. Il avait rarement été aussi sombre. Du moins, sans son costume.
- S'il y a une personne sur cette terre qui a réussi à me faire changer d'avis sur bien des choses, c'est bien vous. Mais, non, cette fois, vous ne pourrez pas. Ma décision est définitive. Et j'ai tellement hâte, si vous saviez.
- Vous pourriez simplement prendre votre retraite.
- Non. C'est trop tard pour cela. Ce serait comme mettre un pansement sur une jambe de bois. La violence continuerait de me hanter, quoique je puisse faire. Elle fait partie de moi depuis bien trop longtemps. Je dois remonter à la source pour tout effacer.
- Je ne suis pas un expert du voyage dans le temps, mais si vous accomplissez le projet Innocence, Batman n'existera plus. Ni dans ce monde, ni dans l'autre. C'est une perspective plutôt effrayante.
Wayne but une rasade d'alcool.
- Moins effrayante que celle de me savoir condamné à l'incarner.
- Batman ! firent les deux espionnes en choeur.
-Bruce Wayne est Batman, fit Catwoman en s'humectant sensuellement les lèvres. Ca valait vraiment le déplacement !
Harley était beaucoup moins amusée par cette révélation. Et son expression en dit long sur son état d'âme. Elle tenait Wayne pour responsable de la mort de ses parents. Elle n'avait pas encore trouvé le courage de la reprocher au Joker, ni à elle-même. Alors Wayne l'esclavagiste, celui qui avait tué son père à la tâche, était tout désigné pour endosser ce crime innommable que sa consciente niait en bloc pour sa seule survie.
- Cette ville n'a aucun avenir sans le Chevalier Noir, poursuivit Alfred, ignorant que deux superbes créatures étaient suspendues à ses lèvres. Il est l'âme de Gotham.
Bruce avait dépassé le stade de la culpabilité. Toute tentative de ce côté-là était vaine, même venant de son plus fidèle ami.
- Je le pense aussi, Alfred. C'est pourquoi elle trouvera un autre Batman. Mais ce ne sera plus moi.
Harley avait tout enregistré. Le Joker serait aux anges. Maintenant, il était temps pour elle de se venger.
Elle plaça Catwoman dans sa lunette.
- D'abord la catin !
Les griffes de Catwoman lâchèrent prise. Elle sut intuitivement que le moment était venu pour elle de se faire connaître d'un tel homme. A moins que la perspective d'une crampe l'ait convaincue de quitter prématurément sa cachette. Elle tomba dans l'âtre, roula au sol et d'une brusque détente se projeta sur le milliardaire, renversant son fauteuil au sol. Le poids de la jeune femme sur lui n'était pas pour déplaire à Wayne. Ses courbes encore moins. C'est peut-être pour cela qu'il conserva autant de flegme et d'humour :
- Vous êtes en avance, Mère-Noël. Mais permettez-moi de vous dire que vous êtes très séduisante, cette année.
Jenna le dévisagea. Le mystère qui entourait cet homme était délectable. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas ressenti une telle attraction. Elle posa une griffe sur les lèvres du playboy.
- Tu n'as pas été très sage, Bruce. Ce n'est pas bien de mentir à autant de personnes. Tu mérites une bonne punition.
Bien que la situation ait de quoi le surprendre, Wayne ne se sentait pas en danger. C'est pourquoi il conserva un ton léger en se tournant vers Alfred, perplexe :
- Otez-moi d'un doute, Alfred. Aucun bal masqué n'était prévu cette nuit ?
Le majordome demeurait lui aussi remarquablement stoïque.
- Je m'en souviendrais, Maître Bruce.
- Très bien.
L'instant d'après Wayne donnait des genoux dans le postérieur de la femme-chat. Celle ci plongea en avant et accompagnant le mouvement, effectua un joli salto avant de retomber sur ses pattes. Wayne redressa son siège, roula au sol et se saisissant d'un tisonnier, menaça la voleuse d'un ton moins enjôleur :
- Violation de domicile, agression...
- J'appelle la sécurité ? s'enquit Alfred.
Catwoman fit glisser ses doigts sur un miroir, ignorant le son déchirant du métal sur le verre.
- Inutile, je m'en suis occupé. Ils dorment tous comme des bébés, tombés sous le charme de...
Wayne se détendit.
-...Catwoman, la cambrioleuse de génie, la Reine de la Nuit, la femme-chat !
Elle sourit.
- Nous cultivons tous notre animalité, non ?
Wayne soupira.
- Vous avez tout entendu. Je n'ai donc plus aucun secret pour vous. Qu'est-ce que vous voulez ? De l'argent ?
- Oh, comme vous manquez d'imagination. Vous me décevez. Le Joker aussi a eu cette réaction.
Cette fois, Wayne ne put masquer son trouble :
- Le Joker ? Vous êtes de mèche avec le clown ?
- C'est un bien grand mot. Disons que nous sommes tous les deux très curieux à votre sujet. J'aimerais bien voir sa tête quand il saura que vous êtes Batman.
Wayne s'approcha et se fit à nouveau menaçant :
- Vous allez lui dire ?
Catwoman minaudait avec délectation.
- Je n'aurais pas besoin. Harley s'en chargera. Elle est sans doute là, quelque part, à nous observer.
- Ma parole, c'est un complot !
Catwoman se jeta contre lui.
- Mais pour tout te dire, ma chère chauve-souris, moi aussi j'ai été très vilaine. Je t'ai volé un autre de tes secrets. C'est la raison de ma présence. Je voulais éclaircir cet autre mystère que tu gardes précieusement dans ta tour.
Wayne saisit la jeune femme à la gorge sans la moindre délicatesse :
- Alors je n'ai plus aucune raison de me comporter en gentleman avec toi ! Que sais-tu au juste ? Et à part toi, qui le sait ?
Alfred se déplaça sur le côté dans l'espoir de s'emparer discrètement de l'autre tisonnier. Ce faisant, il se plaça dans la ligne de mire de Harley. La balle lui transperça mortellement le coeur et il s'écroula sur la table basse.
- Alfred, non !
Bruce se jeta vers son ami. Catwoman se jeta sur Bruce. La seconde balle fut pour elle. Bruce se mit à l'abri, traînant le corps de la jeune femme avec lui.
Elle retira son masque en grimaçant et lui caressa la joue :
- On dirait que j'ai consumé ma dernière vie. Je crois que moi aussi, je n'ai plus de secrets pour toi, beau justicier. Moi aussi je suis orpheline. Dans une autre vie, on aurait pu passer de bons moments ensemble.
Bastet la rappela auprès d'elle. Jenna n'avait pas beaucoup oeuvré en faveur du bien, mais un tel sacrifice lui vaudrait à coup sûr les faveurs de la déesse.
Wayne caressa les cheveux de la jeune femme tout en contemplant le corps inerte d'Alfred. Les larmes vinrent naturellement.
- Une autre vie. Oui. Et le plus tôt sera le mieux. Plus rien ne me retient, désormais.
Un coup de tisonnier interrompit ses pensées. Le Joker le dominait.
- Pas tout de suite, mon mignon. J'en ai pas encore fini avec toi.
Il se tourna vers la fenêtre.
- Harley, je sais que tu m'entends. Rejoins-moi immédiatement. Avant de faire plus de dégâts.

 

 

T’as aimé…ou pas

T’as tout lu, tout vu, tout entendu…ou pas

Peu importe, post un com et like la page pour dire que tu existes car ton avis est important pour moi, mais aussi pour le futur de ce blog, un gros merci d’avance !

Écrire un commentaire