Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 21 février 2009

Société Aveugle

SOCIETE AVEUGLE

 

 

Abrutis par la télé

Les supermarchés

On en oublie de penser

Mais pas de dépenser

 

La mécanique nous domine

On devient des machines

Dès qu’on se lève le matin

On cesse d’être humain

 

On bosse dur tous les jours

Pour payer le loyer

Dès fois on pense à l’amour

Mais on  veut pas s’y noyer

 

C’est la marche du progrès

On fait selon son grès

Pourquoi lui résister

Il nous fait exister

                                                                               

C’est notre société

Il faut s’y adapter

Elle a si belle allure

Sans yeux est sa figure

 

Le temps c’est de l’argent

Et en gagner ça urge

On est intelligent

Comme les moutons de Panurge

 

Ce qu’ont les autres on le veut

Tant pis si c’est futile

Et après on s’en veut

Quand ça devient fatal

 

La technologie

Est notre fée du logis

Une fois qu’on y a goûté

On ne peut plus s’en passer

 

On veut tout posséder

Sans rien avoir à céder

Et pour y arriver

On en oublie de rêver

 

Ce qui nous rendait beau

S’efface facilement

On devient des robots

Qui marchent docilement

 

La chasse aux états d’âme

Le cœur n’a plus raison

On se nourrit des drames

Chacun dans sa maison

 

On sait plus quoi bouffer

De peur de s’étouffer

On mange n’importe quoi

Si c’est prêt à l’emploi

 

On a plus peur de rien

Mais on se méfie de tout

Aux autres le chagrin

Et le mal est partout

 

Moi j’ai rempli ma Porsche

Je suis prêt à partir

Si jamais tu t’approches

Je te préviens je tire

 

 


T’as aimé…ou pas

T’as tout lu, tout vu, tout entendu…ou pas

Peu importe, post un com et like la page pour dire que tu existes car ton avis est important pour moi, mais aussi pour le futur de ce blog, un gros merci d’avance !

Commentaires

bien écrit, je trouve qu'il manque un accent sur la fenêtre des merveilles ...

Écrit par : laurence | jeudi, 22 mai 2014

Répondre à ce commentaire

Merci pour ton message. Que veux tu dire exactement ?

Écrit par : Greg Armatory | jeudi, 22 mai 2014

Répondre à ce commentaire

Je suis encore là! Bien ce poème, d'autant que je partage tes idées même si je ne suis pas à ce niveau là moi j'en suis juste au niveau "Apple c'est cher et pourtant c'est pas mieux que Samsung c'est moins bien"; "Face book et Snapchat c'est juste pour dire ". D'ailleurs ce serait cool que la crise économique de la Grèce et en général aboutisse à l'effondrement de la société de consommation...

Écrit par : Hugo | mardi, 30 juin 2015

Répondre à ce commentaire

et bien déjà tu es sur la bonne voie je trouve. Beaucoup n'arrivent même pas encore à réaliser ça.
Je ne pense pas que la Grèce provoque autant de changement à l'échelle mondiale, c'est plus facile de la considérer comme une victime, mais d'une manière générale la crise financière que traverse les pays dits riches, la France y compris, est l'occasion de remettre sérieusement en question le capitalisme et l'importance de l'argent et du matérialisme. Un autre article qui peut t'intéresser : http://dartetdamour.hautetfort.com/archive/2015/06/08/le-capitalisme-une-prison-pour-notre-esprit-societe.html

Écrit par : Greg Armatory | mardi, 30 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Nécessaire cet effondrement, mais il devrait être progressif, sinon, déboires, ce qui est logique, "Le capitalisme porte en lui les germes de la guerre", de Jean Jaurès, dont il se nourrit, entre autres, mais s'il se casse la gueule précipitamment, ça va tourner vinaigre. Et ceux qui créent les catastrophes sont toujours à l'abri, avec du fric, tu es partout chez toi sur la planète, et ils ont tant engrangé, 1% détenant plus de 50% de la richesse mondiale, ceux qui les servent n'en sont pas, mais ont de quoi, (eux font partie des 12%, a la louche).

Écrit par : laurent | samedi, 18 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

oui que vaut notre "Liberté, Egalité, Fraternité" en 2015 ?

Écrit par : Greg Armatory | samedi, 18 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Des décades que ça se détériore, je dirais en fRance depuis les années Tapie, du "tout pour le fric", ça c'est bien accéléré. Et le progrès technique, technologique ne nous sert pas qu'à mieux et communiquer plus vite, mais aussi à assujettir encore et toujours plus rudement.

Écrit par : laurentrent | samedi, 18 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

tout à fait. On est pas éduqué pour profiter de notre technologie sans en subir gravement les revers. Mais parce que la technologie n'est pas crée dans le simple but de nous rendre la vie plus facile. Quelle est la source de 99 % des problèmes dans le monde ? L'argent.

Écrit par : Greg Armatory | samedi, 18 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Et ses thuriféraires, éternels squatteurs de plateaux télé, d'ondes radios, qui défendent bec et ongles l'orthodoxie, qui les nourrit si grassement. Puisque tu apprécies aussi la poésie, un texte perso sur eux.

Les prêcheurs

Ils ont la langue bien pendue les" je sais"
Ils parlent inspirés patrie les français "on"
Gageons qu'ils ont les mêmes en autres contrées
Mais n'entendons-nous pas en "Blow up" cons cons cons?

Ces donneurs de leçons sortent leurs beaux effets
Il faut écouter bravant savants les hauts-fonds
Atours de façade toujours ripolinés
A force ça se craquelure en bas-fonds

Ad repetitas, nauseum, vous vous vous
Ces caciques des leçons pianissimo
Tempèrent tempêtent arqués face au gros grain
Des Moïse pérorant du haut de leur gîte

Mais la fièvre en germes serpente ça bout
Bout à bout les "à bout" sans bout crescendo
Tempêtent en ampères survoltés c'est vain?
Oh! Regarder ces richesses indues en fuite

Ces Télémaque connaissent la voie gagée
Ils guident nos choix tu n'écoutes t'es marron
A télé masques pas entourés de largués
Pourvoyeuse de marques c'est le bon fond

De commerce filon ils sont cachés maqués
Des Télé-marques aux exorcismes sermons
Nous sommes bien guidés parbleu c'est réglé
Comme du papier à cracher du poison

L'encre lourde de métaux pour brillants bijoux
L'appât rance la gnaque de ces figaros
Nous tenus à distance du miroir sans teint
Dans leur réussite tant d'accords tacites

Deus ex machina la croissance quel bagou
V'là l'topo du mécano brave domino
Soit dans l'tempo surconsommation c'est sain
Travail sapes bagnoles plébiscite vite

Ca n'a pas de fin tout est mondialisé
Cette planète, toi, c'est la vocation
Ta sujétion pour des quignons un pêché?
Tu n'es en situation sans vision

Historique tu te crois bêta malmené
Cela te dépasse aux sanglots longs c'est selon
La loi de l'offre et de l'amende innée
Sans violons c'est le frais arroyo vrai!
(Pignouf touche pas à la chnouf)

PS: "Blow up", un film, si tu ne l'as vu un preneur de sons urbain capte des sons qu'il n'aurait du entendre et décide de décortiquer sa bande passante, un polar.

Écrit par : laurentrent | samedi, 18 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire